bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Promenades autour d'un village

tranquilles, une églogue fraîche et parfumée, une mélodie de Mozart, un idéal de santé morale et
physique qui semble planer dans l'air, chanter dans l'eau et respirer dans les branches.

Nous traversions parfois d'étroites prairies, ombragées d'arbres superbes. Pas un brin de mousse sur leurs
tiges brillantes et satinées, et dans les foins touffus pas un brin d'herbe qui ne soit fleur.

Sur une nappe de plantes fourragères d'un beau ton violet, nous marchâmes un quart d'heure dans un flot
de pierreries. C'était un semis de ces insectes d'azur à reflets d'améthyste et glacés d'argent qui pullulent

chez nous sur les saules et qui, de là, se laissent tomber en pluie sur les fleurs. Elles en étaient si chargées

en cet endroit et elles s'harmonisaient si bien avec les tons changeants de ces petits buveurs d'ambroisie,

que cela ressemblait à une fantaisie de fée ou à une illusion d'irisation dans les reflets rampants du soleil

à son déclin.

Notre naturaliste n'avait que faire d'une denrée si connue en France; mais il ne pouvait se défendre d'en
remplir ses mains pour les admirer en bloc.

À propos de ces petites bêtes, il me dit tenir d'un naturaliste de ses amis que, dans un moment où ce fut la
mode d'en faire des parures, on les achetait à un prix exorbitant. Nos petits bergers de la Creuse ne l'ont

pas su! Si la mode revient, il faudra le leur dire. Au prix qui a existé, de soixante à quatre-vingts francs le

cent, la prairie où nous étions en contenait bien pour plusieurs millions.

V

Mais notre émail de hannetons bleus fut tout à coup traversé et bouleversé par la course effrénée
d'Amyntas. Il poursuivait quelque chose avec une sorte de rage désespérée. Il disparut dans les rochers,

dans les précipices; il reparut dans les buissons, dans les halliers. Il volait avec son papillon sur les

fougères. Il avait les yeux hors de la tête.

Moreau, effrayé, crut à un accès de fièvre chaude, et se mit à le poursuivre comme un chien de
Terre-Neuve pour sauver son maître.

Le sage Chrysalidor suivait des yeux cette course ardente, ne songeant pas à notre ami qui risquait ses os
dans les abîmes, ou tout au moins sa peau dans les trous épineux, et ne s'occupant que du papillon en

fuite, le papillon merveilleux dont il croyait reconnaître l'allure et le ton. Deux fois il pâlit en le voyant

échapper au filet de gaze, et s'envoler plus haut, toujours plus haut!

Enfin Amyntas poussa, de la cime du mont, un cri de triomphe, et revint, d'un trait, vers nous avec sa
capture.

- Je crois que c'est elle! s'écria-t-il tout essoufflé. Oui, ce doit être elle! Voyez!

Le naturaliste et l'amateur, aussi passionnés l'un que l'autre, se regardèrent, l'un tremblant, l'autre
stupéfait, et cette exclamation sortit simultanément de leurs lèvres:

- Algira!

Je ne suis pas de ceux qui se moquent des candides et saintes joies de la science. Je répétai avec
l'intonation d'un profond respect: «Algira!» mais sans savoir le moins du monde en quoi consistait

l'importance de la découverte, et sans voir autre chose qu'un joli lépidoptère à la robe noire et rayée de

gris blanchâtre, de médiocre dimension, et très-frais pour une capture au filet.

< page précédente | 14 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.