bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Nouvelles Lettres d'un Voyageur

étoffes pesantes ou des trames déliées, semant des fleurs riches et solides sur des toiles d'araignée,
peignant des arabesques d'azur et de pourpre sur le bois, sur le satin, sur le velours et nuançant avec la

patience de la femme, et jetant avec l'inspiration de l'artiste, des dessins toujours nouveaux, des richesses

toujours inattendues du bout de ses jolis doigts, du fond de son ingénieuse pensée, du fond de son coeur

surtout. Oui, c'est son coeur qui travaille, car c'est lui qui la soutient dans cette desséchante fatigue d'une

vie sédentaire, où le cerveau brille, où le sang glace. Il n'y a pas une de ces fleurs qui ne soit éclose sous

l'influence d'un sentiment généreux et qu'une larme de ferveur patriotique n'ait arrosée.

Qui nous dira le mystère sacré de ces pensées, tandis que, courbée sur son ouvrage, tremblante de fièvre,
attentive pourtant au moindre cri, au moindre geste de ses enfants, elle poursuivait d'un air calme et dans

une apparente immobilité le poëme intérieur de sa vie? Chacun de ces fantastiques ornements qu'elle a

tracés sur l'or et la soie renferme le secret d'une longue rêverie; l'immolation de sa vie entière est là.

C'est ainsi que, chaque année, elle rassemble tous les travaux qu'elle a terminés pour les vendre
elle-même aux belles dames oisives du grand monde. Elle ne leur fait payer ni son travail, ni sa peine, ni

sa pensée créatrice: elle compte tout cela presque pour rien, et, pourvu qu'on achète autour d'elle mille

petits objets que la sympathie d'autres femmes généreuses apporte à son atelier, elle est heureuse

d'achalander la vente des objets de pur caprice par la valeur réelle de ses belles productions. Aussi les

acheteurs ne lui manqueront pas cette année plus que les autres, et le monde élégant de Paris viendra en

foule, nous l'espérons, se disputer ces charmants ouvrages, création d'une artiste, reliques d'une sainte.

IV. UTILITÉ

D'UNE

ÉCOLE NORMALE D'ÉQUITATION [16]

Nous ne savons pas si un artiste doit s'excuser auprès du public d'avoir compris, par hasard, un beau
matin, comme on dit, l'importance d'une question toute spéciale, et sur laquelle les pédants du métier

pourraient bien l'accuser d'incompétence. Cependant, si la logique naturelle n'est pas un critérium

applicable à tous les jugements humains, le public lui-même, qui n'est pas spécialement renseigné sur

toutes les matières possibles, risque fort d'être regardé comme le plus incompétent de tous les juges; et

comme il n'est guère disposé à souffrir qu'on le récuse, comme, après tout, il n'est point de questions

générales, de quelque nature qu'elles soient, qui ne lui soient soumises en dernier ressort, il faut bien que,

entre lui et les travailleurs spéciaux, la critique remplisse son rôle et serve d'intermédiaire.

[Note 16: Par le comte d'Aure. In-8°, 1815.]

Ceci, à propos d'une courte brochure que vient d'écrire M. le vicomte d'Aure, et qui est le résumé de deux
remarquables ouvrages précédemment publiés, le Traité d'équitation et le Traité sur l'industrie

chevaline
. A ceux qui ont suivi ces travaux et lu ces ouvrages, l'importance du sujet est suffisamment
démontrée, soit qu'ils s'occupent de l'équitation comme art ou comme science, soit qu'ils l'envisagent

sous son aspect militaire et politique, soit, enfin, qu'ils la considèrent sous le rapport de l'économie

industrielle.

Cette brochure a pour but de faire comprendre au gouvernement l'indispensable utilité d'une école
normale d'équitation. C'est au moyen d'une institution de ce genre que l'on créera des hommes spéciaux

destinés à répandre le goût du cheval et les connaissances équestres dans les populations. Il s'agit de

revenir à ce que l'on faisait autrefois, c'est-à-dire former des hommes en état de dresser et de mettre en

< page précédente | 66 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.