bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Nouvelles Lettres d'un Voyageur

Telle est la puissance de l'imagination et du sentiment en nous, que nous rendons la vie à ceux qui nous
ont quittés. Y sont-ils pour quelque chose? Nous le croyons par l'enthousiasme et l'attendrissement. La

raison jusqu'ici ne nous le prouve pas, elle ne peut tout prouver: elle n'est pas la seule lumière de

l'homme, quoi qu'on die; mais elle a des droits sacrés, imprescriptibles, ne l'oublions pas, et

n'arrêtons jamais son essor.

En attendant qu'elle se mette d'accord avec notre coeur, car il faut qu'elle en arrive là, donnons à nos amis
envolés un sanctuaire dans notre âme, et continuons la reconnaissance et l'affection au delà de la tombe

en leur faisant plus belle cette région idéale, cette vie renouvelée où nous les plaçons. Qu'ils soient pour

nous comme les suaves parfums de fleurs qui s'épurent en se condensant.

V. DE MARSEILLE A MENTON

A M. GUSTAVE TOURANGIN, A SAINT-FLORENT

Nohant. 28 avril 1868.

Mais non, mon cher Micro, je ne suis plus au pays des anémones, je suis au doux pays de la
famille, où vient de nous fleurir une petite plante plus intéressante que toutes celles de nos herbiers. Le

beau soleil qui rit dans sa chambre et la douce brise de printemps qui effleure son rideau de gaze sont les

divinités que j'invoque en ce moment pour elle, et je laisse les cactus et les dattiers de la Provence aux

baisers du mistral, qu'ils ont la force de supporter.

J'ai passé un mois seulement sur le rivage de la mer bleue. Le rapide, - c'est ainsi que les
Méridionaux appellent le train que l'on prend à Paris à sept heures du soir, nous déposait à Marseille le

lendemain à midi. Une heure après, il nous remportait à Toulon.

Je regrette toujours de ne plus m'arrêter à Marseille: les environs sont aussi beaux que ceux des autres
stations du littoral, plus beaux peut-être, si mes souvenirs ne m'ont pas laissé d'illusions. Ce que j'en vois

en gagnant Toulon, où nous sommes attendus, me semble encore plein d'intérêt. Le massif de Carpiagne,

qui s'élève à ma droite et que j'ai flairé un peu autrefois sans avoir la liberté d'y pénétrer, -

j'accompagnais un illustre et cher malade que tu as connu et aimé, - m'apparaît toujours comme un des

coins ignorés du vulgaire, où l'artiste doit trouver une de ses oasis. C'est pourtant l'aridité qui fait la

beauté de celle-ci. C'est un massif pyramidal qui s'étoile à son sommet en nombreuses arêtes brisées,

avec des coupures à pic, des dentelures aiguës, des abîmes et des redressements brusques. Tout cela n'est

pas de grande dimension et paraît sans doute de peu d'importance à ceux qui mesurent le beau à la toise;

autant que mon oeil peut apprécier ce monument naturel, il a de six à sept cents mètres d'élévation, et ses

verticales nombreuses ont peut-être trois ou quatre cents pieds. Peu m'importe; l'oeil voit immense ce qui

est construit dans de belles proportions, et le Lapithe qui a taillé cette montagne à grands coups de

massue était un artiste puissant, quelque demi-dieu ancêtre du génie qui s'incorpora et se personnifia dans

Michel-Ange.

Il y a, n'est-ce pas? dans la nature, des formes qui nous font penser à tel ou tel maître, bien que le rapport
ne soit pas matériellement saisissable entre l'oeuvre de la planète et celle de l'artiste. Un rocher de la

Carpiagne ou de l'Estérel ne ressemble pas à la chapelle des Médicis ni au Moïse, et pourtant ces grandes

figures de la civilisation idéalisée viennent, dans notre rêverie, s'asseoir sur les sommets de ces temples

barbares et primitifs. C'est que le beau engendre la postérité du beau, qui, parlant du fait et passant par

tous les perfectionnements que la pensée lui donne, garde comme air de famille les qualités de hardiesse,

d'âpreté ou de grâce du type fruste. Michel-Ange voyait-il avec nos yeux d'aujourd'hui les croupes et les

< page précédente | 26 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.