bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Isidora

femme, qu'elle est d'une nature inférieure, est d'un raisonnement...

CAHIER N° 2. - JOURNAL.

30 décembre.

Absurde! Évidemment je l'ai été. Ces valets m'auront pris pour un galant de mauvaise compagnie, qui
venait risquer quelque insolente déclaration d'amour à la dame du logis. Vraiment, cela me va bien! Mais

je n'en ai pas moins été d'une simplicité extrême avec mes bonnes intentions. La dame m'a paru belle

quand je l'ai aperçue dans son jardin. Son mari est jaloux, je vois ce que c'est... Ou peut-être ce

propriétaire n'est-il pas un mari, mais un frère. Le concierge souriait dédaigneusement quand je lui

demandais à parler à madame la comtesse; et cette soubrette qui m'a repoussé de l'antichambre avec de

grands airs de prude... Il y avait un air de mystère dans ce pavillon entre cour et jardin, dont j'ai à peine

eu le temps de contempler le péristyle, quelque chose de noble et de triste comme serait l'asile d'une âme

souffrante et fière... Je ne sais pourquoi je m'imagine que la femme qui demeure là n'est pas complice des

crimes de la richesse. Illusion peut-être! N'importe, un vague instinct me pousse à mettre sous sa

protection le malheureux vieillard que je ne puis sauver moi-même.

3l janvier.

Je ne sais pas si j'ai fait une nouvelle maladresse, mais j'ai risqué hier un grand moyen. Au moment où
j'allais fermer ma fenêtre, par laquelle entrait un doux rayon de soleil, le seul qui ait paru depuis quatre

mortels jours, j'ai jeté les yeux sur le jardin voisin et j'y ai vu mon innominata. Avec son manteau

de velours noir doublé d'hermine, elle m'a paru encore plus belle que la première fois. Elle marchait

lentement dans l'allée, abritée du vent d'est par le mur qui sépare les deux jardins. Elle était seule avec un

charmant lévrier gris de perle. Alors j'ai fait un coup de tête! J'ai pris mon billet, je l'ai attaché à une

bûchette de mon poêle et je l'ai adroitement lancé, ou plutôt laissé tomber aux pieds de la dame, car ma

fenêtre est la dernière de la maison, de ce côté. Elle a relevé la tête sans marquer trop d'effroi ni

d'étonnement. Heureusement j'avais eu la présence d'esprit de me retirer avant que mon projectile fût

arrivé è terre, et j'observais, caché derrière mon rideau. La dame a tourné le dos sans daigner ramasser le

billet. Certainement elle a déjà reçu des missives d'amour envoyées furtivement par tous les moyens

possibles, et elle a cru savoir ce que pouvait contenir la mienne. Elle y a donc donné cette marque de

mépris de la laisser par terre. Mais heureusement son chien a été moins collet-monté; il a ramassé mon

placet et il l'a porté à sa maîtresse en remuant la queue d'un air de triomphe. On eût dit qu'il avait le

sentiment de faire une bonne action, le pauvre animal! La dame ne s'est pas laissé attendrir. «Laissez

cela, Fly, lui a-t-elle dit d'une voix douce, mais dont je n'ai rien perdu. Laissez-moi tranquille!» Puis elle

a disparu au bout de l'allée, sous des arbres verts. Mais le chien l'y a suivie, tenant toujours mon envoi

par un bout du bâton, avec beaucoup d'adresse et de propreté. La curiosité aura peut-être décidé la dame à

examiner mon style, quand elle aura pu se satisfaire sans déroger à la prudence. Quand ce ne serait que

pour rire d'un sot amoureux, plaisir dont les femmes, dit-on, sont friandes! Espérons! Pourtant je ne vois

rien venir depuis hier. Mon pauvre voisin! je ne te laisserai pas chasser, quand même je devrais mettre

mon Origène ou mon Bayle en gage.

Mais aussi quelle idée saugrenue m'a donc passé par la tête, d'écrire à la femme plutôt qu'au mari? Je l'ai
fait sans réflexion, sans me rappeler que le mari est le chef de la communauté, c'est-à-dire le maître, et

que la femme n'a ni le droit, ni le pouvoir de faire l'aumône. Eh! c'est précisément cela qui m'aura poussé,

sans que j'en aie eu conscience, à faire appel au bon coeur de la femme!

CAHIER N° 1. - TRAVAIL.

< page précédente | 9 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.