bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Isidora

réveiller, j'ai trop réussi, je me suis laissé aller au plaisir de comparer, d'analyser. J'ai oublié la formule de
mon sujet pour les détails. C'est parfois un grand ennemi de la méditation que la lecture.

26 décembre.

Je n'ai pu travailler hier soir, le vent a tourné au nord. Je me suis senti paralysé de corps et d'âme. Les
nuits sont si froides et le bois coûte si cher ici! Quand je devrais mourir à la peine, je ne sortirai pas de

cette pauvre mansarde, je ne quitterai pas ce sombre et dur Paris sans avoir résolu la question qui

m'occupe. Elle n'est pas de médiocre importance dans mon livre: régler les rapports de l'homme et de

la femme dans la société, dans la famille, dans la politique!
Je n'irai pas plus avant dans mon traité de
philosophie, que je n'aie trouvé une solution aux divers problèmes que cette formule soulève en moi.

J'admire comme ils l'ont cavalièrement et lestement tranchée tous ces auteurs, tous ces utopistes, tous ces

métaphysiciens, tous ces poëtes! Ils ont toujours placé la femme trop haut ou trop bas. Il semble qu'ils

aient tous été trop jeunes ou trop vieux. - Mais moi-même, ne suis-je pas trop jeune? Vingt-cinq ans, et

vingt-cinq ans de chasteté presque absolue, c'est-à-dire d'inexpérience presque complète! Il y en a qui

penseraient que cela m'a rendu trop vieux. Il est des moments où, dans l'horreur de mon isolement, je suis

épouvanté moi-même de mon peu de lumière sur la question. Je crains d'être au-dessous de ma tâche; et

si je m'en croyais, je sauterais ce chapitre, sauf à le faire, et à l'intercaler en son lieu, quand mon ouvrage

sera terminé à ma satisfaction sur tous les autres points.

26 décembre au soir.

L'idée de ce matin n'était, je crois, pas mauvaise. J'essaierai de passer outre, afin de m'éclairer sur ce
point par la lumière que je porterai dans toutes les parties de mon oeuvre et que j'en ferai jaillir. Je me

sens un peu ranimé par cette espérance... J'ignore si c'est le froid, le ciel noir et le vent, qui siffle sur ces

toits, qui tiennent mon âme captive; mais il y a des moments où je n'ai plus confiance en moi-même, et

où je me demande sérieusement si je ne ferais pas mieux de planter des choux que de m'égarer ainsi dans

les âpres sentiers de la métaphysique.

CAHIER N°1. TRAVAIL.

QUATRIÈME QUESTION.

Quelle sera l'éducation des enfants dans ma république idéale?

C'est-à-dire d'abord à qui sera confiée l'éducation des enfants?

RÉPONSE.

A l'État. La société est la mère abstraite et réelle de tout citoyen, depuis l'heure de sa naissance jusqu'à
celle de sa mort. Elle lui doit... (Voir pour plus ample exposé, mon cahier numéro 3, où ce principe est

suffisamment développé.)

INSTITUTION.

La première enfance de l'homme sera exclusivement confiée à la direction de la femme.

QUESTION.

Jusqu'à quel âge?

RÉPONSE.

< page précédente | 3 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.