bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Isidora

LETTRE QUATRIÈME.
LETTRE CINQUIÈME.

NOTICE

A Paris, 1845. C'était une très-belle personne, extraordinairement intelligente, et qui vint plusieurs
fois verser son coeur à mes pieds, disait-elle. Je vis parfaitement qu'elle posait devant moi

et ne pensait pas un mot de ce qu'elle disait la plupart du temps. Elle eût pu être ce qu'elle n'était pas.

Aussi n'est-ce pas elle que j'ai dépeinte dans Isidora.

GEORGE SAND.

Nohant, 17 janvier 1853.

PREMIÈRE PARTIE. JOURNAL D'UN SOLITAIRE A PARIS.

Il y a quelques années, un de nos amis partant pour la Suisse nous chargea de ranger des papiers qu'il
avait laissés à la campagne, chez sa mère, bonne femme peu lettrée, qui nous donna le tout, pêle-mêle, à

débrouiller. Beaucoup des manuscrits de Jacques Laurent avaient déjà servi à faire des sacs pour le raisin,

et c'était peut-être la première fois qu'ils étaient bons à quoique chose. Cependant nous eûmes le bonheur

de sauver deux cahiers qui nous parurent offrir quelque intérêt. Quoiqu'ils n'eussent rien de commun

ensemble, en apparence, la même ficelle les attachait, et nous prîmes plaisir à mettre en regard les

interruptions d'un de ces manuscrits avec les dates de l'autre; ce qui nous conduisit à en faire un tout que

nous livrons à votre discrétion bien connue, amis lecteurs. Nous avons désigné ces deux cahiers par les

numéros 1 et 2, et par les titres de Travail et Journal. Le premier était un recueil de notes

pour un ouvrage philosophique que Jacques Laurent n'a pas encore terminé et qu'il ne terminera peut-être

jamais. Le second était un examen de son coeur et un récit de ses émotions qu'il se faisait sans doute à

lui-même.

CAHIER N° 1. - TRAVAIL.

..................................................... ..................................................... .....................................................
.....................................................

TROISIÈME QUESTION.

La femme est-elle ou n'est elle pas l'égale de l'homme dans les desseins, dans la pensée de Dieu?

La question est mal posée ainsi; il faudrait dire: L'espèce humaine est-elle composée de deux êtres
différents, l'homme et la femme?
Mais dans cette rédaction j'omets la pensée divine, et ce n'est pas
mon intention. En créant l'espèce humaine, Dieu a-t-il formé deux êtres distincts et séparés, l'homme

et la femme?

Revoir cette rédaction dont je ne suis pas encore content.

CAHIER N°2. JOURNAL.

25 décembre.

J'ai passé toute ma soirée d'hier à poser la première question, et je me suis couché sans l'avoir rédigée de
manière à me contenter, je me sentais lourd et mal disposé au travail, j'ai feuilleté mes livres pour me

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.