bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Isidora

L'éducation pourrait amener de tels résultats, que les aptitudes de l'un et de l'autre sexe fussent
complètement modifiées.

CAHIER N° 2. - JOURNAL.

J'ai été interrompu par l'arrivée d'un joli enfant de douze ou quatorze ans, équipé en jockey.

- Monsieur, m'a-t-il dit, je viens de la part de madame pour vous dire bien des choses.

- Bien des choses? Assieds-toi là, mon enfant, et parle.

- Oh! je ne me permettrai pas de m'asseoir! Ça ne se doit pas.

- Tu le trompes; tu es ici chez ton égal, car je suis domestique aussi.

- Ah! ah! vous êtes domestique? De qui donc?

- De moi-même.

L'enfant s'est mis à rire, et, s'asseyant près du feu:

- Tenez, Monsieur, m'a-t-il dit en exhibant une lettre cachetée à mon adresse, voilà ce que c'est.

J'ai ouvert et j'ai trouvé un billet de banque de mille francs.

- Qu'est-ce que cela, mon ami! et que veut-on que j'en fasse?

- Monsieur, c'est de l'argent pour ces malheureux locataires du cinquième, que madame vous charge de
secourir quand ils ne pourront pas payer.

- Ainsi, madame me prend pour son aumônier? C'est très-beau de sa part; mais j'aime beaucoup mieux
qu'elle tonne des ordres pour qu'on laisse ces malheureux tranquilles.

- Oh! ça ne se fait pas comme vous croyez! Madame ne donne pas d'ordres dans la maison. Ça ne la
regarde pas du tout. Monsieur le comte lui-même n'a rien a voir dans les affaires du régisseur. D'ailleurs,

madame craint tant d'avoir l'air de se mêler de quelque chose, qu'elle vous prie de ne pas parler du tout de

ce qu'elle fait pour vos voisins.

- Elle veut que sa main gauche ignore ce que fait sa main droite? Tu lui diras de ma part qu'elle est
grande et bonne.

- Oh! pour ça, c'est vrai. C'est une bonne maîtresse, celle-là. Elle ne se fâche jamais, et elle donne
beaucoup. Mais savez-vous, Monsieur, que c'est moi qui suis cause que Fly n'a pas mangé votre billet?

- En vérité?

- Vrai, d'honneur! Madame était rentrée pour recevoir une visite. Elle n'avait pas fait attention que le
chien tenait quelque chose dans sa gueule. Moi, en jouant avec lui, j'ai vu qu'il était en colère de ce qu'on

ne lui faisait pas de compliment; car lorsqu'il rapporte quelque chose, il n'aime pas qu'on refuse de le

prendre, il commençait donc à ronger le bois et à déchirer le papier. Alors je le lui ai ôté; j'ai vu ce que

c'était, et je l'ai porté à madame aussitôt qu'elle a été seule. Elle ne voulait pas le prendre.

- Mets cela au feu, qu'elle disait, c'est quelque sottise.

< page précédente | 10 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.