bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Contes d'une grand-mère

procédés. Ces lustres et ces cristaux, c'est du sable fin cuit par la main des hommes en imitation du
travail de la nature. Ces porcelaines et ces faïences, c'est de la poudre de feldspath, le kaolin dont les

Chinois nous ont fait trouver l'emploi. Ces diamants qui parent les danseuses, c'est de la poudre de

charbon qui s'est cristallisée. Ces perles, c'est le phosphate de chaux que l'huître suinte dans sa coquille.

L'or et tous les métaux n'ont pas d'autre origine que l'assemblage bien tassé, bien manipulé, bien fondu,

bien chauffé et bien refroidi, de molécules infinitésimales. Ces beaux végétaux, ces roses couleur de

chair, ces lis tachetés, ces gardénias qui embaument l'atmosphère, sont nés de la poussière que je leur ai

préparée, et ces gens qui dansent et sourient au son des instruments, ces vivants par excellence qu'on

appelle des personnes, eux aussi, ne t'en déplaise, sont nés de moi et retourneront à moi.

Comme elle disait cela, la fête et le palais disparurent. Je me trouvai avec la fée dans un champ où il
poussait du blé. Elle se baissa et ramassa une pierre où il y avait un coquillage incrusté.

- Voilà, me dit-elle, à l'état fossile, un être que je t'ai montré vivant aux premiers âges de la vie. Qu'est-ce
que c'est, à présent? Du phosphate de chaux. On le réduit en poussière et on en fait de l'engrais pour les

terres trop siliceuses. Tu vois, l'homme commence à s'aviser d'une chose, c'est que le seul maître à

étudier, c'est la nature.

Elle écrasa sous ses doigts le fossile et en sema la poudre sur le sol cultivé, en disant:

- Ceci rentre dans ma cuisine. Je sème la destruction pour faire pousser le germe. Il en est ainsi de toutes
les poussières, qu'elles aient été plantes, animaux ou personnes. Elles sont la mort après avoir été la vie,

et cela n'a rien de triste, puisqu'elles recommencent toujours, grâce à moi, à être la vie après avoir été la

mort. Adieu. Je veux que tu gardes un souvenir de moi. Tu admires beaucoup ma robe de bal. En voici un

petit morceau que tu examineras à loisir.

Tout disparut, et, quand j'ouvris les yeux, je me retrouvai dans mon lit. Le soleil était levé et m'envoyait
un beau rayon. Je regardai le bout d'étoffe que la fée m'avait mis dans la main. Ce n'était qu'un petit tas

de fine poussière, mais mon esprit était encore sous le charme du rêve et il communiqua à mes sens le

pouvoir de distinguer les moindres atomes de cette poussière.

Je fus émerveillée; il y avait de tout: de l'air, de l'eau, du soleil, de l'or, des diamants, de la cendre, du
pollen de fleur, des coquillages, des perles, de la poussière d'ailes de papillon, du fil, de la cire, du fer, du

bois, et beaucoup de cadavres microscopiques; mais, au milieu de ce mélange de débris imperceptibles,

je vis fermenter je ne sais quelle vie d'êtres insaisissables qui paraissaient chercher à se fixer quelque part

pour éclore ou pour se transformer, et qui se fondirent en nuage d'or dans le rayon rose du soleil levant.

LE GNOME DES HUITRES

Un original de nos amis, grand amateur d'huîtres, eut la fantaisie, l'an dernier, d'aller déguster sur place
les produits des bancs les plus renommés, afin de les comparer et d'être édifié une fois pour toutes sur

leurs différents mérites. Il alla donc à Cancale, à Ostende, à Marennes, et autres localités

recommandables. Il revint persuadé que Paris est le port de mer où l'on trouve les meilleurs produits

maritimes.

Vous connaissez cet ami, mes chères petites, vous savez qu'il est fantaisiste, et que, quand il raconte, son
imagination lui fait dépasser le vraisemblable. L'autre soir, il était en train de nous narrer son voyage,

lorsque l'homme au sable a passé. Vous avez résisté le mieux possible; mais enfin il vous a fallu

dire bonsoir à la compagnie, et vous auriez perdu cette curieuse histoire, si je ne l'eusse transcrite

< page précédente | 68 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.