bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 3

surprise, et mettez-nous vite le couvert.»

Le repas fut exquis, et nos jeunes gens virent que si de graves modifications s'étaient faites dans l'esprit
du chanoine, ce n'était pas sur l'habitude de la bonne chère qu'elles avaient opéré. On porta ensuite

l'enfant dans la chapelle du prieuré. Le chanoine quitta sa douillette, endossa une soutane et un surplis, et

fit la cérémonie. Consuelo et Joseph firent l'office de parrain et de marraine, et le nom d'Angèle fut

confirmé à la petite fille. Le reste de l'après-midi fut consacré à la musique, et les adieux vinrent ensuite.

Le chanoine se lamenta de ne pouvoir retenir ses amis à dîner; mais il céda à leurs raisons, et se consola à

l'idée de les revoir à Vienne, où il devait bientôt se rendre pour passer une partie de l'hiver. Tandis qu'on

attelait leur voiture, il les conduisit dans la serre pour leur faire admirer plusieurs plantes nouvelles dont

il avait enrichi sa collection. Le jour baissait, mais le chanoine, qui avait l'odorat fort exercé, n'eut pas

plus tôt fait quelques pas sous les châssis de son palais transparent qu'il s'écria:

«Je démêle ici un parfum extraordinaire! Le glaïeul-vanille aurait-il fleuri? Mais non; ce n'est pas là
l'odeur de mon glaïeul. Le strelitzia est inodore... les cyclamens ont un arôme moins pur et moins

pénétrant. Qu'est-ce donc qui se passe ici? Si mon volkameria n'était point mort, hélas! je croirais que

c'est lui que je respire! Pauvre plante! je n'y veux plus penser.»

Mais tout à coup le chanoine fit un cri de surprise et d'admiration en voyant s'élever devant lui, dans une
caisse, le plus magnifique volkameria qu'il eût vu de sa vie, tout couvert de ses grappes de petites roses

blanches doublées de rose, dont le suave parfum remplissait la serre et dominait toutes les vulgaires

senteurs éparses à l'entour.

«Est-ce un prodige? D'où me vient cet avant-goût du paradis, cette fleur du jardin de Béatrix? s'écria-t-il
dans un ravissement poétique.

- Nous l'avons apporté dans notre voiture avec tous les soins imaginables, répondit Consuelo;
permettez-nous de vous l'offrir en réparation d'une affreuse imprécation sortie de ma bouche un certain

jour, et dont je me repentirai toute ma vie:

- Oh! ma chère fille! quel don, et avec quelle délicatesse il est offert! dit le chanoine attendri. O cher
volkameria! tu auras un nom particulier comme j'ai coutume d'en donner aux individus les plus

splendides de ma collection; tu t'appelleras Bertoni, afin de consacrer le souvenir d'un être qui n'est plus

et que j'ai aimé avec des entrailles de père.

- Mon bon père, dit Consuelo en lui serrant la main, vous devez vous habituer à aimer vos filles autant
que vos fils. Angèle n'est point un garçon...

- Et la Porporina est ma fille aussi! dit le chanoine; oui, ma fille, oui, oui, ma fille!» répéta-t-il en
regardant alternativement Consuelo et le volkameria-Bertoni avec des yeux remplis de larmes.

A six heures, Joseph et Consuelo étaient rentrés au logis. La voiture les avait laissés à l'entrée du
faubourg, et rien ne trahit leur innocente escapade. Le Porpora s'étonna seulement que Consuelo n'eût pas

meilleur appétit après une promenade dans les belles prairies qui entourent la capitale de l'empire. Le

déjeuner du chanoine avait peut-être rendu Consuelo un peu friande ce jour-là. Mais le grand air et le

mouvement lui Procurèrent un excellent sommeil, et le lendemain elle se sentit en voix et en courage plus

qu'elle ne l'avait encore été à Vienne.

LXXXIX.

< page précédente | 88 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.