bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 3

de sa prudence, quoiqu'il feignît de les avoir à peine écoutées.

«Il y a, dit-il, une auberge à deux cents pas d'ici: que cette dame s'y fasse conduire. Elle y trouvera tout
ce qu'il lui faut, et y sera plus commodément et plus convenablement que chez un garçon. Allez lui dire

cela, Brigide, avec politesse, avec beaucoup de politesse, je vous en prie. Indiquez l'auberge aux

postillons. Vous, mes enfants, dit-il à Consuelo et à Joseph, venez essayer avec moi une fugue de Bach

pendant qu'on nous servira le déjeuner.

- Monsieur le chanoine, dit Consuelo émue, abandonnerez-vous...

- Ah! dit le chanoine en s'arrêtant d'un air consterné, voilà mon plus beau volkameria desséché. J'avais
bien dit au jardinier qu'il ne l'arrosait pas assez souvent! La plus rare et la plus admirable plante de mon

jardin! c'est une fatalité, Brigide! voyez donc! Appelez-moi le jardinier, que je le gronde.

- Je vais d'abord chasser la fameuse Corilla de votre porte, répondit Brigide en s'éloignant.

- Et vous y consentez, vous l'ordonnez monsieur le chanoine? s'écria Consuelo indignée.

- Il m'est impossible de faire autrement, répondit-il d'une voix douce, mais avec un ton dont le calme
annonçait une résolution inébranlable. Je désire qu'on ne m'en parle pas davantage. Venez donc, je vous

attends pour faire de la musique.

- Il n'est plus de musique pour nous ici, reprit Consuelo avec énergie. Vous ne seriez pas capable de
comprendre Bach, vous qui n'avez pas d'entrailles humaines. Ah! périssent vos fleurs et vos fruits! puisse

la gelée dessécher vos jasmins et fendre vos plus beaux arbres! Cette terre féconde, qui vous donne tout à

profusion, devrait ne produire pour vous que des ronces; car vous n'avez pas de coeur, et vous volez les

dons du ciel, que vous ne savez pas faire servir à l'hospitalité!»

En parlant ainsi, Consuelo laissa le chanoine ébahi regarder autour de lui, comme s'il eût craint de voir la
malédiction céleste invoquée par cette âme brûlante tomber sur ses volkamerias précieux et sur ses

anémones chéries. Elle courut à la grille qui était restée fermée, et elle l'escalada pour sortir, afin de

suivre la voiture de Corilla qui se dirigeait au pas vers le misérable cabaret, gratuitement décoré du titre

d'auberge par le chanoine.

LXXIX.

Joseph Haydn, habitué désormais à se laisser emporter par les subites résolutions de son amie, mais doué
d'un caractère plus prévoyant et plus calme, la rejoignit après avoir été reprendre le sac de voyage, la

musique et le violon surtout, le gagne-pain, le consolateur et le joyeux compagnon du voyage. Corilla fut

déposée sur un de ces mauvais lits des auberges allemandes, où il faut choisir, tant ils sont exigus, de

faire dépasser la tête ou les pieds. Par malheur, il n'y avait pas de femme dans cette bicoque; la maîtresse

était allée en pèlerinage à six lieues de là, et la servante avait été conduire la vache au pâturage. Un

vieillard et un enfant gardaient la maison; et, plus effrayés que satisfaits d'héberger une si riche

voyageuse, ils laissaient mettre leurs pénates au pillage, sans songer au dédommagement qu'ils pourraient

en retirer. Le vieux était sourd, et l'enfant se mit en campagne pour aller chercher la sage-femme du

village voisin, qui n'était pas à moins d'une lieue de distance. Les postillons s'inquiétaient beaucoup plus

de leurs chevaux, qui n'avaient rien à manger, que de leur voyageuse; et celle-ci, abandonnée aux soins

de sa femme de chambre, qui avait perdu la tête et criait presque aussi haut qu'elle, remplissait l'air de ses

gémissements, qui ressemblaient à ceux d'une lionne plus qu'à ceux d'une femme.

< page précédente | 32 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.