bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 3

«Eh bien, monsieur le chanoine, dit malignement l'inconnu dès que les musiciens furent sortis, comment
trouvez-vous ces enfants?...

- Charmants! admirables! Je vous demande bien pardon de dire cela après le paquet que le petit vient de
vous donner.

- Moi? je le trouve adorable, cet enfant-là! Quel talent pour un âge si tendre! c'est merveilleux! Quelles
puissantes et précoces natures que ces natures italiennes!

- Je ne puis rien vous dire du talent de celui-là! reprit le chanoine d'un air fort naturel, je ne l'ai pas trop
distingué; c'est son compagnon qui est un merveilleux sujet, et celui-là est de notre nation, n'en déplaise à

votre italianomanie.

- Ah çà, dit l'inconnu en clignotant de l'oeil pour avertir le curé, c'est donc décidément l'aîné qui nous a
chanté du Porpora?

- Je le présume, répondit le curé, tout troublé du mensonge auquel on le provoquait.

- J'en suis sûr, moi, reprit le chanoine, il me l'a dit lui-même.

- Et l'autre solo, reprit l'inconnu, c'est donc quelqu'un de votre paroisse qui l'a dit?

- Probablement,» répondit le curé en faisant un effort pour soutenir l'imposture.

Tous deux regardèrent le chanoine pour voir s'il était leur dupe ou s'il se moquait d'eux. Il ne paraissait
pas y songer: Sa tranquillité rassura le curé. On parla d'autre chose; mais au bout d'un quart d'heure le

chanoine revint sur le chapitre de la musique, et voulut revoir Joseph et Consuelo, afin, disait-il, de les

emmener à sa campagne et de les entendre à loisir. Le curé, épouvanté, balbutia des objections

inintelligibles. Le chanoine Lui demanda en riant s'il avait fait mettre ses petits musiciens dans la

marmite pour compléter le déjeuner, qui lui semblait bien assez splendide sans cela. Le curé était au

supplice; l'inconnu vint à son secours:

«Je vais vous les chercher,» dit-il au chanoine.

Et il sortit en faisant signe au bon curé de compter sur quelque expédient de sa part. Mais il n'eut pas la
peine d'en imaginer un. Il apprit de la servante que les jeunes artistes étaient déjà partis à travers champs,

après lui avoir généreusement donné un des six florins qu'ils venaient de recevoir.

«Comment, partis! s'écria le chanoine avec beaucoup de chagrin; il faut courir après eux; je veux les
revoir, je veux les entendre, je le veux absolument!»

On fit semblant d'obéir; mais on n'eut garde de courir sur leurs traces. Ils avaient d'ailleurs pris leur route
à vol d'oiseau, pressés de se soustraire à la curiosité qui les menaçait. Le chanoine en éprouva beaucoup

de regret, et même un peu d'humeur.

«Dieu merci! il ne se doute de rien, dit le curé à l'inconnu.

- Curé, répondit celui-ci, rappelez-vous l'histoire de l'évêque qui, faisant gras, par inadvertance, un
vendredi, en fut averti par son grand vicaire. - Le malheureux! s'écria l'évêque, ne pouvait-il se taire

jusqu'à la fin du dîner! - Nous aurions peut-être dû laisser monsieur le chanoine se tromper à son aise.»

LXXVI.

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.