bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 3

colère subite et impétueuse. Eh bien! reprit-il en se calmant tout à coup par un effort de sa volonté, et en
parlant d'un ton d'indifférence, le pauvre diable doit avoir perdu l'envie de plaisanter; car il est enfermé à

la citadelle de Glatz pour le reste de ses jours.

- En vérité! s'écria le Porpora: et qu'a-t-il donc fait?

- C'est le secret de l'Etat, répondit le baron: mais tout porte à croire qu'il a trahi la confiance de son
maître.

- Oui! ajouta le lieutenant; en vendant à l'Autriche le plan des fortifications de la Prusse, sa patrie.

- Oh! c'est impossible! dit Consuelo qui avait pâli, et qui, de plus en plus attentive à sa contenance et à
ses paroles, ne put cependant retenir cette exclamation douloureuse.

- C'est impossible, et c'est faux! s'écria le Porpora indigné; ceux qui ont fait croire cela au roi de Prusse
en ont menti par la gorge!

- Je présume que ce n'est pas un démenti indirect que vous pensez nous donner? dit le lieutenant en
pâlissant à son tour.

- Il faudrait avoir une susceptibilité bien maladroite pour le prendre ainsi, reprit le baron de Kreutz en
lançant un regard dur et impérieux à son compagnon. En quoi cela nous regarde-t-il? et que nous importe

que maître Porpora mette de la chaleur dans son amitié pour ce jeune homme?

- Oui, j'en mettrais, même en présence du roi lui-même, dit le Porpora. Je dirais au roi qu'on l'a trompé;
que c'est fort mal à lui de l'avoir cru; que Frédéric de Trenck est un digne, un noble jeune homme;

incapable d'une infamie!

- Je crois, mon maître, interrompit Consuelo que la physionomie du capitaine inquiétait de plus en plus,
que vous serez bien à jeun quand vous aurez l'honneur d'approcher le roi de Prusse; et je vous connais

trop pour n'être pas certaine que vous ne lui parlerez de rien d'étranger à la musique.

- Mademoiselle me paraît fort prudente, reprit le baron. Il paraît cependant qu'elle à été fort liée à Vienne,
avec ce jeune baron de Trenck?

- Moi, monsieur? répondit Consuelo avec une indifférence fort bien jouée; je le connais à peine.

- Mais, reprit le baron avec une physionomie pénétrante, si le roi lui-même vous demandait, par je ne sais
quel hasard imprévu, ce que vous pensez de la trahison de ce Trenck?...

- Monsieur le baron, dit Consuelo en affrontant son regard inquisitorial avec beaucoup de calme et de
modestie, je lui répondrais que je ne crois à la trahison de personne, ne pouvant pas comprendre ce que

c'est que de trahir.

- Voilà une belle parole, signora! dit le baron dont la figure s'éclaircit tout à coup, et vous l'avez dite avec
l'accent d'une belle âme.»

Il parla d'autre chose; et charma les convives par la grâce et la force de son esprit. Durant tout le reste du
souper, il eut, en s'adressant à Consuelo, une expression de bonté et de confiance qu'elle ne lui avait pas

encore vue.

CII.

< page précédente | 168 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.