bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 2

Mais lorsqu'il arriva auprès du lit, Albert avait sa lancette rougie entre ses dents: d'une main il soutenait
le bras de Consuelo, et de l'autre l'assiette. La veine était ouverte, un sang noir coulait en abondance.

Le chapelain voulut murmurer, s'exclamer, prendre le ciel à témoin. Le docteur essaya de plaisanter et de
distraire Albert, pensant prendre son temps pour fermer la veine, sauf à la rouvrir un instant après quand

son caprice et sa vanité pourraient s'emparer du succès. Mais Albert le tint à distance par la seule

expression de son regard; et dès qu'il eut tiré la quantité de sang voulue, il plaça l'appareil avec toute la

dextérité d'un opérateur exercé; puis il replia doucement le bras de Consuelo dans les couvertures, et,

passant un flacon à la chanoinesse pour qu'elle le tint près des narines de la malade, il appela le chapelain

et le docteur dans la chambre d'Amélie:

«Messieurs, leur dit-il, vous ne pouvez être d'aucune utilité à la personne que je soigne. L'irrésolution ou
les préjugés paralysent votre zèle et votre savoir. Je vous déclare que je prends tout sur moi, et que je ne

veux être ni distrait ni contrarié dans l'accomplissement d'une tâche aussi sérieuse. Je prie donc monsieur

le chapelain de réciter ses prières, et monsieur le docteur d'administrer ses potions à ma cousine. Je ne

souffrirai plus qu'on fasse des pronostics et des apprêts de mort Autour du lit d'une personne qui va

reprendre connaissance tout à l'heure. Qu'on se le tienne pour dit. Si j'offense ici un savant, si je suis

coupable envers un ami, j'en demanderai pardon quand je pourrai songer à moi-même.»

Après avoir parlé ainsi, d'un ton dont le calme et la douceur contrastaient avec la sécheresse de ses
paroles, Albert rentra dans l'appartement de Consuelo, ferma la porte, mit la clef dans sa poche, et dit à la

chanoinesse: «Personne n'entrera ici, et personne n'en sortira sans ma volonté.»

XLIX.

La chanoinesse, interdite, n'osa lui répondre un seul mot. Il y avait dans son air et dans son maintien
quelque chose de si absolu, que la bonne tante en eut peur et se mit à lui obéir d'instinct avec un

empressement et une ponctualité sans exemple. Le médecin, voyant son autorité complètement

méconnue, et ne se souciant pas, comme il le raconta plus tard, d'entrer en lutte avec un furieux, prit le

sage parti de se retirer. Le chapelain alla dire des prières, et Albert, secondé par sa tante et par les deux

femmes de service, passa toute la journée auprès de sa malade, sans ralentir ses soins un seul instant.

Après quelques heures de calme, la crise d'exaltation revint presque aussi forte que la nuit précédente;

mais elle dura moins longtemps, et lorsqu'elle eut cédé à l'effet de puissants réactifs, Albert engagea la

chanoinesse à aller se coucher et à lui envoyer seulement une nouvelle femme pour l'aider pendant que

les deux autres iraient se reposer.

«Ne voulez-vous donc pas vous reposer aussi, Albert? demanda Wenceslawa en tremblant.

- Non, ma chère tante, répondit-il; je n'en ai aucun besoin.

- Hélas! reprit-elle, vous vous tuez, mon enfant! Voici une étrangère qui nous coûte bien cher!
ajouta-t-elle en s'éloignant enhardie par l'inattention du jeune comte.»

Il consentit cependant à prendre quelques aliments, pour ne pas perdre les forces dont il se sentait avoir
besoin. Il mangea debout dans le corridor, l'oeil attaché sur la porte; et dès qu'il eut fini, il jeta sa serviette

par terre et rentra. Il avait fermé désormais la communication entre la chambre de Consuelo et celle

d'Amélie, et ne laissait plus passer que par la galerie le peu de personnes auxquelles il donnait accès.

Amélie voulut pourtant être admise, et feignit de rendre quelques soins à sa compagne; mais elle s'y

prenait si gauchement, et à chaque mouvement fébrile de Consuelo elle témoignait tant d'effroi de la voir

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.