bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 2

sein embrasé palpite contre le sien, et le réchauffe; une voix amie et caressante lui adresse de tendres
paroles; Cynabre bondit devant elle en agitant la lumière. C'est Albert, qui, revenu à lui, l'emporte et la

sauve, avec la passion d'une mère qui vient de perdre et de retrouver son enfant. En trois minutes ils

arrivèrent au canal où l'eau de la source venait de s'épancher; ils atteignirent l'arcade et l'escalier de la

citerne. Cynabre, habitué à cette dangereuse ascension, s'élança le premier, comme s'il eût craint

d'entraver les pas de son maître en se tenant trop près de lui. Albert, portant Consuelo d'un bras et se

cramponnant de l'autre à la chaîne, remonta cette spirale au fond de laquelle l'eau s'agitait déjà pour

remonter aussi. Ce n'était pas le moindre des dangers que Consuelo eût traversés; mais elle n'avait plus

peur. Albert était doué d'une force musculaire auprès de laquelle celle de Zdenko n'était qu'un jeu, et dans

ce moment il était animé d'une puissance surnaturelle. Lorsqu'il déposa son précieux fardeau sur la

margelle du puits, à la clarté de l'aube naissante, Consuelo respirant enfin, et se détachant de sa poitrine

haletante, essuya avec son voile son large front baigné de sueur.

«Ami, lui dit-elle avec tendresse, sans vous j'allais mourir, et vous m'avez rendu tout ce que j'ai fait pour
vous; mais je sens maintenant votre fatigue plus que vous-même, et il me semble que je vais y succomber

à votre place.

- O ma petite Zingarella! lui dit Albert avec enthousiasme en baisant le voile qu'elle appuyait sur son
visage, tu es aussi légère dans mes bras que le jour où je t'ai descendue du Schreckenstein pour te faire

entrer dans ce château.

- D'où vous ne sortirez plus sans ma permission. Albert, n'oubliez pas vos serments!

- Ni toi les tiens, lui répondit-il en s'agenouillant devant elle.»

Il l'aida à s'envelopper avec le voile et à traverser sa chambre, d'où elle s'échappa furtive pour regagner la
sienne propre. On commençait à s'éveiller dans le château. Déjà la chanoinesse faisait entendre à l'étage

inférieur une toux sèche et perçante, signal de son lever. Consuelo eut le bonheur de n'être vue ni

entendue de personne. La crainte lui fit retrouver des ailes pour se réfugier dans son appartement. D'une

main agitée elle se débarrassa de ses vêtements souillés et déchirés, et les cacha dans un coffre dont elle

ôta la clef. Elle recouvra la force et la mémoire nécessaires pour faire disparaître toute trace de son

mystérieux voyage. Mais à peine eut-elle laissé tomber sa tête accablée sur son chevet, qu'un sommeil

lourd et brûlant plein de rêves fantastiques et d'événements épouvantables, vint l'y clouer sous le poids de

la fièvre envahissante et inexorable.

XLVII.

Cependant la chanoinesse Wenceslawa, après une demi-heure d'oraisons, monta l'escalier, et, suivant sa
coutume, consacra le premier soin de sa journée à son cher neveu. Elle se dirigea vers la porte de sa

chambre, et colla son oreille contre la serrure, quoique avec moins d'espérance que jamais d'entendre les

légers bruits qui devaient lui annoncer son retour. Quelles furent sa surprise et sa joie, lorsqu'elle saisit le

son égal de sa respiration durant le sommeil! Elle fit un grand signe de croix, et se hasarda à tourner

doucement la clef dans la serrure, et à s'avancer sur la pointe du pied. Elle vit Albert paisiblement

endormi dans son lit, et Cynabre couché en rond sur le fauteuil voisin. Elle n'éveilla ni l'un ni l'autre, et

courut trouver le comte Christian, qui, prosterné dans son oratoire, demandait avec sa résignation

accoutumée que son fils lui fût rendu, soit dans le ciel, soit sur la terre.

«Mon frère, lui dit-elle à voix basse en s'agenouillant auprès de lui, suspendez vos prières, et cherchez
dans votre coeur les plus ferventes bénédictions. Dieu vous a exaucé!»

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.