bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 2

qu'elle avait reçue chez le possesseur de cette guitare, et de la charité touchante d'un jeune et beau
seigneur qui m'avait portée dans ses bras pendant une demi-lieue, en causant avec elle comme avec son

égale. O mon cher Albert! je me souviens aussi de tout cela! A chaque parole de votre récit, ces images,

longtemps assoupies dans mon cerveau, se sont réveillées une à une; et voilà pourquoi vos montagnes ne

pouvaient pas sembler absolument nouvelles à mes yeux; voilà pourquoi je m'efforçais en vain de savoir

la cause des souvenirs confus qui venaient m'assaillir dans ce paysage; voilà pourquoi surtout j'ai senti

pour vous, à la première vue, mon coeur tressaillir et mon front s'incliner respectueusement, comme si

j'eusse retrouvé un ami et un protecteur longtemps perdu et regretté.

- Crois-tu donc, Consuelo, lui dit Albert en la pressant contre son sein, que je ne t'aie pas reconnue dès le
premier instant? En vain tu as grandi, en vain tu t'es transformée et embellie avec les années. J'ai une

mémoire (présent merveilleux, quoique souvent funeste!) qui n'a pas besoin des yeux et des paroles pour

s'exercer à travers l'espace des siècles et des jours. Je ne savais pas que tu étais ma Zingarella chérie;

mais je savais bien que je t'avais déjà connue, déjà aimée, déjà pressée sur mon coeur, qui, dès ce

moment, s'est attaché et identifié au tien, à mon insu, pour toute ma vie.

XLVI.

En parlant ainsi, ils arrivèrent à l'embranchement des deux routes où Consuelo avait rencontré Zdenko, et
de loin ils aperçurent la lueur de sa lanterne, qu'il avait posée à terre à côté de lui. Consuelo, connaissant

désormais les caprices dangereux et la force athlétique de l'innocent, se pressa involontairement

contre Albert, en signalant cet indice de son approche.

- Pourquoi craignez-vous cette douce et affectueuse créature? lui dit le jeune comte, surpris et heureux
pourtant de cette frayeur. Zdenko vous chérit, quoique depuis la nuit dernière un mauvais rêve qu'il a fait

l'ait rendu récalcitrant à mes désirs, et un peu hostile au généreux projet que vous formiez de venir me

chercher: mais il a la soumission d'un enfant dès que j'insiste auprès de lui, et vous allez le voir à vos

pieds si je dis un mot.

- Ne l'humiliez pas devant moi, répondit Consuelo; n'aggravez pas l'aversion que je lui inspire. Quand
nous l'aurons dépassé, je vous dirai quels motifs sérieux j'ai de le craindre et de l'éviter désormais.

- Zdenko est un être quasi céleste, reprit Albert, et je ne pourrai jamais le croire redoutable pour qui que
ce soit. Son état d'extase perpétuelle lui donne la pureté et la charité des anges.

- Cet état d'extase que j'admire moi-même, Albert, est une maladie quand il se prolonge. Ne vous abusez
pas à cet égard. Dieu ne veut pas que l'homme abjure ainsi le sentiment et la conscience de sa vie réelle

pour s'élever trop souvent à de vagues conceptions d'un monde idéal. La démence et la fureur sont au

bout de ces sortes d'ivresses, comme un châtiment de l'orgueil et de l'oisiveté.»

Cynabre s'arrêta devant Zdenko, et le regarda d'un air affectueux, attendant quelque caresse que cet ami
ne daigna pas lui accorder. Il avait la tête dans ses deux mains, dans la même attitude et sur le même

rocher où Consuelo l'avait laissé. Albert lui adressa la parole en bohémien, et il répondit à peine. Il

secouait la tête d'un air découragé; ses joues étaient inondées de larmes, et il ne voulait pas seulement

regarder Consuelo. Albert éleva la voix, et l'interpella avec force; mais il y Avait plus d'exhortation et de

tendresse que de commandement et de reproche dans les indexions de sa voix. Zdenko se leva enfin, et

alla tendre la main à Consuelo, qui la lui serra en tremblant.

«Maintenant, lui dit-il en allemand, en la regardant avec douceur, quoique avec tristesse, tu ne dois plus

< page précédente | 27 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.