bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 2

amour, en me demandant une pareille promesse. Je serais capable de mentir pour la première fois de ma
vie; je pourrais m'avilir jusqu'à prononcer un faux serment, si tu l'exigeais de moi. Mais tu ne l'exigeras

pas, Consuelo; tu comprendras que ce serait mettre dans ma vie une agitation nouvelle, et dans ma

conscience un remords qui ne l'a pas encore souillée. Ne t'inquiète pas de la manière dont je t'aime, je

l'ignore tout le premier; seulement, je sens que retirer le nom d'amour à cette affection serait dire un

blasphème. Je me soumets à tout le reste: j'accepte ta pitié, tes soins, ta bonté, ton amitié paisible; je ne te

parlerai que comme tu le permettras; je ne te dirai pas une seule parole qui te trouble; je n'aurai pas pour

toi un seul regard qui doive faire baisser tes yeux; je ne toucherai jamais ta main, si le contact de la

mienne te déplaît; je n'effleurerai pas même ton vêtement, si tu crains d'être flétrie par mon souffle. Mais

tu aurais tort de me traiter avec cette méfiance, et tu ferais mieux d'entretenir en moi cette douceur

d'émotions qui me vivifie, et dont tu ne peux rien craindre. Je comprends bien que ta pudeur s'alarmerait

de l'expression d'un amour que tu ne veux point partager; je sais que ta fierté repousserait les

témoignages d'une passion que tu ne veux ni provoquer ni encourager. Sois donc tranquille, et jure sans

crainte d'être ma soeur et ma consolatrice: je jure d'être ton frère et ton serviteur. Ne m'en demande pas

davantage; je ne serai ni indiscret ni importun. Il me suffira que tu saches que tu peux me commander et

me gouverner despotiquement ... comme on ne gouverne pas un frère, mais comme on dispose d'un être

qui s'est donné à vous tout entier et pour toujours.»

XLV.

Ce langage rassurait Consuelo sur le présent, mais ne la laissait pas sans appréhension pour l'avenir.
L'abnégation fanatique d'Albert prenait sa source dans une passion profonde et invincible, sur laquelle le

sérieux de son caractère et l'expression solennelle de sa physionomie ne pouvaient laisser aucun doute.

Consuelo, interdite, quoique doucement émue, se demandait si elle pourrait continuer à consacrer ses

soins à cet homme épris d'elle sans réserve et sans détour. Elle n'avait jamais traité légèrement dans sa

pensée ces sortes de relations, et elle voyait qu'avec Albert aucune femme n'eût pu les braver sans de

graves conséquences. Elle ne doutait ni de sa loyauté ni de ses promesses; mais le calme qu'elle s'était

flattée de lui rendre devait être inconciliable avec un amour si ardent et l'impossibilité où elle se voyait

d'y répondre. Elle lui tendit la main en soupirant, et resta pensive, les yeux attachés à terre, plongée dans

une méditation mélancolique.

«Albert, lui dit-elle enfin en relevant ses regards sur lui, et en trouvant les siens remplis d'une attente
pleine d'angoisse et de douleur, vous ne me connaissez pas, quand vous voulez me charger d'un rôle qui

me convient si peu. Une femme capable d'en abuser serait seule capable de l'accepter. Je ne suis ni

coquette ni orgueilleuse, je ne crois pas être vaine, et je n'ai aucun esprit de domination. Votre amour me

flatterait, si je pouvais le partager; et si cela était, je vous le dirais tout de suite. Vous affliger par

l'assurance réitérée du contraire est, dans la situation où je vous trouve, un acte de cruauté froide que

vous auriez bien dû m'épargner, et qui m'est cependant imposé par ma conscience, quoique mon coeur le

déteste, et se déchire en l'accomplissant. Plaignez-moi d'être forcée de vous affliger, de vous offenser,

peut-être, en un moment où je voudrais donner ma vie pour vous rendre le bonheur et la santé.

- Je le sais, enfant sublime, répondit Albert avec un triste sourire. Tu es si bonne et si grande, que tu
donnerais ta vie pour le dernier des hommes; mais ta conscience, je sais bien qu'elle ne pliera pour

personne. Ne crains donc pas de m'offenser, en me dévoilant cette rigidité que j'admire, cette froideur

stoïque que ta vertu conserve au milieu de la plus touchante pitié. Quant à m'affliger, cela n'est pas en ton

pouvoir, Consuelo. Je ne me suis point fait d'illusions; je suis habitué aux plus atroces douleurs; je sais

que ma vie est dévouée aux sacrifices les plus cuisants. Ne me traite donc pas comme un homme faible,

< page précédente | 21 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.