bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 2

réussit pas. Il y avait une serrure, dont la clef était probablement dans la poche du prétendu professeur.

Consuelo, ardente et courageuse dans ces sortes d'aventures, tira de Son gousset un couteau à lame forte
et bien coupante, dont elle s'était munie en partant, peut-être par une inspiration de la pudeur, et avec

l'appréhension vague de dangers auxquels le suicide peut toujours soustraire une femme énergique. Elle

profita d'un moment où tous les voyageurs étaient en avant sur le chemin, même le conducteur, qui

n'avait plus rien à craindre de l'ardeur de son cheval; et élargissant, d'une main prompte et assurée, la

fente étroite que présentait la lucarne à son point de jonction avec le dossier, elle parvint à l'écarter assez

pour y coller son oeil et voir dans l'intérieur de cette case, mystérieuse. Quels furent sa surprise et son

effroi, lorsqu'elle distingua, dans cette logette étroite et sombre, qui ne recevait d'air et de jour que par

une fente pratiquée en haut, un homme d'une taille athlétique, bâillonné, couvert de sang, les mains et les

pieds étroitement liés et garrottés, et le corps replié sur lui-même, dans un état de gêne et de souffrances

horribles! Ce qu'on pouvait distinguer de son visage était d'une pâleur livide, et il paraissait en proie aux

convulsions de l'agonie.

LXXI.

Glacée d'horreur, Consuelo sauta à terre; et, allant rejoindre Joseph, elle lui pressa le bras à la dérobée,
pour qu'il s'éloignât du groupe avec elle. Lorsqu'ils eurent une avance de quelques pas:

«Nous sommes perdus si nous ne prenons la fuite à l'instant même, lui dit-elle à voix basse; ces gens-ci
sont des voleurs et des assassins. Je viens d'en avoir la preuve. Doublons le pas, et jetons-nous à travers

champs; car ils ont leurs raisons pour nous tromper comme ils le font.»

Joseph crut qu'un mauvais rêve avait troublé l'imagination de sa compagne. Il comprenait à peine ce
qu'elle lui disait. Lui-même se sentait appesanti par une langueur inusitée; et les tiraillements d'estomac

qu'il éprouvait lui faisaient croire que le vin qu'il avait bu la veille était frelaté par l'aubergiste et mêlé de

méchantes drogues capiteuses. Il est certain qu'il n'avait pas fait une assez notable infraction à sa sobriété

habituelle pour se sentir assoupi et abattu comme il l'était.

«Chère signora, répondit-il, vous avez le cauchemar, et je crois l'avoir en vous écoutant. Quand même
ces braves gens seraient des bandits, comme il vous plaît de l'imaginer, quelle riche capture pourraient-ils

espérer en s'emparant de nous?

- Je l'ignore, mais j'ai peur; et si vous aviez vu comme moi un homme assassiné dans cette même voiture
où nous voyageons....»

Joseph ne put s'empêcher de rire; car cette affirmation de Consuelo avait en effet l'air d'une vision.

«Eh! ne voyez-vous donc pas tout au moins qu'ils nous égarent? reprit-elle avec feu; qu'ils nous
conduisent vers le nord, tandis que Passaw et le Danube sont derrière nous? Regardez où est le soleil, et

voyez dans quel désert nous marchons, au lieu d'approcher d'une grande ville!»

La justesse de ces observations frappa enfin Joseph, et commença à dissiper la sécurité, pour ainsi dire
léthargique, où il était plongé.

«Eh bien, dit-il, avançons; et s'ils ont l'air de vouloir nous retenir malgré nous, nous verrons bien leurs
intentions.

- Et si nous ne pouvons leur échapper tout de suite, du sang-froid, Joseph, entendez-vous? Il faudra jouer

< page précédente | 150 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.