bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 2

il se rit des pièges et des embûches.»

Le souvenir d'Albert, l'idée de son effroi et de sa douleur, se présentaient différemment à l'esprit de
Consuelo; mais elle combattait de toute sa force l'attendrissement qui la gagnait à cette pensée. Elle avait

formé la résolution de repousser son image, tant qu'elle ne se serait pas mise à l'abri d'un repentir trop

prompt et d'une tendresse imprudente.

«Cher Albert, ami sublime, disait-elle, je ne puis m'empêcher de soupirer profondément quand je me
représente ta souffrance! Mais c'est à Vienne seulement que je m'arrêterai à la partager et à la plaindre.

C'est à Vienne que je permettrai à mon coeur de me dire combien il te vénère et te regrette!»

«Allons, en marche!» se dit Consuelo en essayant de se lever. Mais deux ou trois fois elle tenta en vain
d'abandonner cette fontaine si sauvage et si jolie, dont le doux bruissement semblait l'inviter à prolonger

les instants de son repos. Le sommeil, qu'elle avait voulu remettre à l'heure de midi, appesantissait ses

paupières; et la faim, qu'elle n'était plus habituée à supporter aussi bien qu'elle s'en flattait, la jetait dans

une irrésistible défaillance. Elle voulait en vain se faire illusion à cet égard. Elle n'avait presque rien

mangé la veille; trop d'agitations et d'anxiétés ne lui avaient pas permis d'y songer. Un voile s'étendait sur

ses yeux; une sueur froide et pénible alanguissait tout son corps. Elle céda à la fatigue sans en avoir

conscience; et tout en formant une dernière résolution de se relever et de reprendre sa marche, ses

membres s'affaissèrent sur l'herbe, sa tête retomba sur son petit paquet de voyage, et elle s'endormit

profondément. Le soleil, rouge et chaud, comme il est parfois dans ces courts étés de Bohème, montait

gaiement dans le ciel; la fontaine bouillonnait sur les cailloux, comme si elle eût voulu bercer de sa

chanson monotone le sommeil de la voyageuse, et les oiseaux voltigeaient en chantant aussi leurs refrains

babillards au-dessus de sa tête.

LXIV.

Il y avait presque trois heures que l'oublieuse fille reposait ainsi, lorsqu'un autre bruit que celui de la
fontaine et des oiseaux jaseurs la tira de sa léthargie. Elle entr'ouvrit les yeux sans avoir la force de se

relever, sans comprendre encore où elle était, et vit à deux pas d'elle un homme courbé sur les rochers,

occupé à boire à la source comme elle avait fait elle-même, sans plus de cérémonie et de recherche que

de placer sa bouche au courant de l'eau. Le premier sentiment de Consuelo fut la frayeur; mais le second

coup d'oeil jeté sur l'hôte de sa retraite lui rendit la confiance. Car, soit qu'il eût déjà regardé à loisir les

traits de la voyageuse durant son sommeil, soit qu'il ne prît pas grand intérêt à cette rencontre, il ne

paraissait pas faire beaucoup d'attention à elle. D'ailleurs, c'était moins un homme qu'un enfant; il

paraissait âgé de quinze ou seize ans tout au plus, était fort petit, maigre, extrêmement jaune et hâlé, et sa

figure, qui n'était ni belle ni laide, n'annonçait rien dans cet instant qu'une tranquille insouciance.

Par un mouvement instinctif, Consuelo ramena son voile sur sa figure, et ne changea pas d'attitude,
pensant que si le voyageur ne s'occupait pas d'elle plus qu'il ne semblait disposé à le faire, il valait mieux

feindre de dormir que de s'attirer des questions embarrassantes. A travers son voile, elle ne perdait

cependant pas un des mouvements de l'inconnu, attendant qu'il reprit son bissac et son bâton déposés sur

l'herbe, et qu'il continuât son chemin.

Mais elle vit bientôt qu'il était résolu à se reposer aussi, et même à déjeuner, car il ouvrit son petit sac de
pèlerin, et en tira un gros morceau de pain bis, qu'il se mit à couper avec gravité et à ronger à belles

dents, tout en jetant de temps en temps sur la dormeuse un regard assez timide, et en prenant le soin de ne

pas faire de bruit en ouvrant et en fermant son couteau à ressort, comme s'il eût craint de la réveiller en

sursaut. Cette marque de déférence rendit une pleine confiance à Consuelo, et la vue de ce pain que son

< page précédente | 114 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.