bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 2

- C'est bon. Arrête-toi dans le faubourg pour faire rafraîchir tes chevaux. Tâche qu'on ne voie pas la selle
de femme; jette ton manteau dessus; ne réponds à aucune question, et repars. Attends! encore un mot: dis

à mon frère de ne pas hésiter, de ne pas tarder, de s'esquiver sans être vu. Il y a danger de mort pour lui

au château.

- Dieu soit avec vous, la jolie fille! répondit le guide, qui avait eu le temps de rouler entre ses doigts
l'argent qu'il venait de recevoir. Quand mes pauvres chevaux devraient en crever, je suis content de vous

avoir rendu service. - Je suis pourtant fâché, se dit-il quand elle eut disparu dans l'obscurité, de ne pas

avoir aperçu le bout de son nez; je voudrais savoir si elle est assez jolie pour se faire enlever. Elle m'a fait

peur d'abord avec son voile noir et son pas résolu; aussi ils m'avaient fait tant de contes à l'office, que je

ne savais plus où j'en étais. Sont-ils superstitieux et simples, ces gens-là, avec leurs revenants et leur

homme noir du chêne de Schreckenstein! Bah! j'y ai passé plus de cent fois, et je ne l'ai jamais vu! J'avais

bien soin de baisser la tête, et de regarder du côté du ravin quand je passais au pied de la montagne.»

En faisant ces réflexions naïves, le guide, après avoir donné l'avoine à ses chevaux, et s'être administré à
lui-même, dans un cabaret voisin, une large pinte d'hydromel pour se réveiller, reprit le chemin de

Riesenburg, sans trop se presser, ainsi que Consuelo l'avait bien espéré et prévu tout en lui

recommandant de faire diligence. Le brave garçon, à mesure qu'il s'éloignait d'elle, se perdait en

conjectures sur l'aventure romanesque dont il venait d'être l'entremetteur. Peu à peu les vapeurs de la

nuit, et peut-être aussi celles de la boisson fermentée, lui firent paraître cette aventure plus merveilleuse

encore. «Il serait plaisant, pensait-il, que cette femme noire fût un homme, et cet homme le revenant du

château, le fantôme noir du Schreckenstein? On dit qu'il joue toutes sortes de mauvais tours aux

voyageurs de nuit, et le vieux Hanz m'a juré l'avoir vu plus de dix fois dans son écurie lorsqu'il allait

donner l'avoine aux chevaux du vieux baron d'Albert avant le jour. Diable! ce ne serait pas si plaisant! la

rencontre et la société de ces êtres-là est toujours suivie de quelque malheur. Si mon pauvre grison a

porté Satan cette nuit, il en mourra pour sûr. Il me semble qu'il jette déjà du feu par les naseaux; pourvu

qu'il ne prenne pas le mors aux dents! Pardieu! je suis curieux d'arriver au château, pour voir si, au lieu

de l'argent que cette diablesse m'a donné, je ne vais pas trouver des feuilles sèches dans ma poche. Et si

l'on venait me dire que la signora Porporina dort bien tranquillement dans son lit au lieu de courir sur la

route de Prague, qui serait pris, du diable ou de moi? Le fait est qu'elle galopait comme le vent, et qu'elle

a disparu en me quittant, comme si elle se fût enfoncée sous terre.»

LXII.

Anzoleto n'avait pas manqué de se lever à minuit, de prendre son stylet, de se parfumer, et d'éteindre son
flambeau. Mais au moment où il crut pouvoir ouvrir sa porte sans bruit (il avait déjà remarqué que la

serrure était douce et fonctionnait très discrètement), il fut fort étonné de ne pouvoir imprimer à la clef le

plus léger mouvement. Il s'y brisa les doigts, et s'y épuisa de fatigue, au risque d'éveiller quelqu'un en

secouant trop fortement la porte. Tout fut inutile. Son appartement n'avait pas d'autre issue; la fenêtre

donnait sur les jardins à une élévation de cinquante pieds, parfaitement nue et impossible à franchir; la

seule pensée en donnait le vertige.

«Ceci n'est pas l'ouvrage du hasard, se dit Anzoleto après avoir encore inutilement essayé d'ébranler sa
porte. Que ce soit Consuelo (et ce serait bon signe; sa peur me répondrait de sa faiblesse) ou que ce soit

le comte Albert, tous deux me le paieront à la fois!»

II prit le parti de se rendormir. Le dépit l'en empêcha; et peut-être Aussi un certain malaise voisin de la
crainte. Si Albert était l'auteur de cette précaution, lui seul n'était pas dupe, dans la maison, de ses

< page précédente | 107 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.