bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 1

«N'entendez-vous pas le vent qui se déchaîne dans les sapins du Boehmer-Wald, et la voix du torrent qui
monte jusqu'à vous?» reprit Albert d'une voix plus haute, et avec un regard fixe dirigé vers son père.

Le comte Christian ne répondit rien. Le baron, qui avait coutume de tout concilier, répondit, sans quitter
des yeux le morceau de venaison qu'il taillait d'une main athlétique comme il eût fait d'un quartier de

granit:

«En effet, le vent était à la pluie au coucher du soleil, et nous pourrions bien avoir mauvais temps pour la
journée de demain.»

Albert sourit d'un air étrange, et tout redevint morne.

Mais cinq minutes s'étaient à peine écoulées qu'un coup de vent terrible ébranla les vitraux des immenses
croisées, rugit à plusieurs reprises en battant comme d'un fouet les eaux du fossé, et se perdit dans les

hauteurs de la montagne avec un gémissement si aigu et si plaintif que tous les visages en pâlirent, à

l'exception de celui d'Albert, qui sourit encore avec la même expression indéfinissable que la première

fois.

«Il y a en ce moment, dit-il, une âme que l'orage pousse vers nous. Vous feriez bien, monsieur le
chapelain, de prier pour ceux qui voyagent dans nos âpres montagnes sous le coup de la tempête.

- Je prie à toute heure et du fond de mon âme, répondit le chapelain tout tremblant, pour ceux qui
cheminent dans les rudes sentiers de la vie, sous la tempête des passions humaines.

- Ne lui répondez donc pas, monsieur le chapelain, dit Amélie sans faire attention aux regards et aux
signes qui l'avertissaient de tous côtés de ne pas donner de suite à cet entretien; vous savez bien que mon

cousin se fait un plaisir de tourmenter les autres en leur parlant par énigmes. Quant à moi, je ne tiens

guère à savoir le mot des siennes.»

Le comte Albert ne parut pas faire plus attention aux dédains de sa cousine qu'elle ne prétendait en
accorder à ses discours bizarres. Il mit un coude dans son assiette, qui était presque toujours vide et nette

devant lui, et regarda fixement la nappe damassée, dont il semblait compter les fleurons et les rosaces,

bien qu'il fût absorbé dans une sorte de rêve extatique.

XXIII.

Une tempête furieuse éclata durant le souper; lequel durait toujours deux heures, ni plus ni moins, même
les jours d'abstinence, que l'on observait religieusement, mais qui ne dégageaient point le comte du joug

de ses habitudes, aussi sacrées pour lui que les ordonnances de l'église romaine. L'orage était trop

fréquent dans ces montagnes, et les immenses forêts qui couvraient encore leurs flancs à cette époque,

donnaient au bruit du vent et de la foudre des retentissements et des échos trop connus des hôtes du

château, pour qu'un accident de cette nature les émût énormément. Cependant l'agitation extraordinaire

que montrait le comte Albert se communiqua involontairement à la famille; et le baron, troublé dans les

douceurs de sa réfection, en eût éprouvé quelque humeur, s'il eût été possible à sa douceur bienveillante

de se démentir un seul instant. Il se contenta de soupirer profondément lorsqu'un épouvantable éclat de la

foudre, survenu à l'entremets, impressionna l'écuyer tranchant au point de lui faire manquer la

noix
du jambon de sanglier qu'il entamait en cet instant.

«C'est une affaire faite! dit-il, en adressant un sourire compatissant au pauvre écuyer consterné de sa
mésaventure.

< page précédente | 95 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.