bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 1

Au milieu de ces perplexités, prévoyant que la plus forte opposition à son succès viendrait de la Corilla,
sachant que le comte ne la voyait plus et ne s'occupait d'elle en aucune façon, il se résolut à l'aller voir

afin de se la rendre favorable. Il avait ouï dire qu'elle prenait très gaiement et avec une ironie

philosophique l'abandon et les vengeances de Zustiniani; qu'elle avait reçu de brillantes propositions de

la part de l'Opéra italien de Paris, et qu'en attendant l'échec de sa rivale, sur lequel elle paraissait compter,

elle riait à gorge déployée des illusions du comte et de son entourage. Il pensa qu'avec de la prudence et

de la fausseté il désarmerait cette ennemie redoutable; et, s'étant paré et parfumé de son mieux, il pénétra

dans ses appartements, un après-midi, à l'heure où l'habitude de la sieste rend les visites rares et les palais

silencieux.

XVI.

Il trouva la Corilla seule, dans un boudoir exquis, assoupie encore sur sa chaise longue, et dans un
déshabillé des plus galants, comme on disait alors; mais l'altération de ses traits au grand jour lui fit

penser que sa sécurité n'était pas aussi profonde sur le chapitre de Consuelo, que voulaient bien le dire

ses partisans fidèles. Néanmoins elle le reçut d'un air fort enjoué, et lui frappant la joue avec malice:

«Ah! ah! c'est toi, petit fourbe? lui dit-elle en faisant signe à sa suivante de sortir et de fermer la porte;
viens-tu encore m'en conter, et te flattes-tu de me faire croire que tu n'es pas le plus traître des conteurs

de fleurettes, et le plus intrigant des postulants à la gloire? Vous êtes un maître fat, mon bel ami, si vous

avez cru me désespérer par votre abandon subit, après de si tendres déclarations; et vous avez été un

maître sot de vous faire désirer: car je vous ai parfaitement oublié au bout de vingt-quatre heures

d'attente.

- Vingt-quatre heures! c'est immense, répondit Anzoleto en baisant le bras lourd et puissant de la Corilla.
Ob! si je le croyais, je serais bien orgueilleux; mais je sais bien que si je m'étais abusé au point de vous

croire lorsque vous me disiez....

- Ce que je te disais, je te conseille de l'oublier aussi; et si tu étais venu me voir, tu aurais trouvé ma porte
fermée. Mais qui te donne l'impudence de venir aujourd'hui?.

- N'est-il pas de bon goût de s'abstenir de prosternations devant ceux qui sont dans la faveur, et de venir
apporter son coeur et son dévouement à ceux qui....

- Achève! à ceux qui sont dans la disgrâce? C'est bien généreux et très humain de ta part, mon illustre
ami.» Et la Corilla se renversa sur son oreiller de satin noir, en poussant des éclats de rire aigus et tant

soit peu forcés.

Quoique la prima-donna disgraciée ne fût pas de la première fraîcheur, que la clarté de midi ne lui fût pas
très favorable, et que le dépit concentré de ces derniers temps eût un peu amolli les plans de son beau

visage, florissant d'embonpoint, Anzoleto, qui n'avait jamais vu de si près en tête-à-tête une femme si

parée et si renommée, se sentit émouvoir dans les régions de son âme où Consuelo n'avait pas voulu

descendre, et d'où il avait banni volontairement sa pure image. Les hommes corrompus avant l'âge

peuvent encore ressentir l'amitié pour une femme honnête et sans art; mais pour ranimer leurs passions, il

faut les avances d'une coquette. Anzoleto conjura les railleries de la Corilla par les témoignages d'un

amour qu'il s'était promis de feindre et qu'il commença à ressentir véritablement. Je dis amour, faute d'un

mot plus convenable; mais c'est profaner un si beau nom que de l'appliquer à l'attrait qu'inspirent des

femmes froidement provoquantes comme l'était la Corilla. Quand elle vit que le jeune ténor était ému

tout de bon, elle s'adoucit, et le railla plus amicalement.

< page précédente | 63 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.