bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 1

- Ce sera bientôt fait, mon gracieux ami, répondit le comte d'une voix claire: gondole pour
gondole

Anzoleto fut terrifié en voyant que le comte avait découvert son tête-à-tête avec la Corilla. Cette folle et
audacieuse fille s'en était vantée à Zustiniani dans une terrible querelle fort violente qu'ils avaient eue

ensemble. Le coupable essaya vainement de faire l'étonné.

«Allez donc écouter ce que dit le Porpora sur les principes de l'école napolitaine, reprit le comte. Vous
viendrez me le répéter, cela m'intéresse beaucoup.

- Je m'en aperçois, excellence, répondit Anzoleto furieux et prêt à se perdre.

- Eh bien! tu n'y vas pas? dit l'innocente Consuelo, étonnée de son hésitation. J'y vais, moi, seigneur
comte. Vous verrez que je suis votre servante.» Et avant que le comte pût la retenir, elle avait franchi

d'un bond léger la banquette qui la séparait de son vieux maître, et s'était assise sur ses talons à côté de

lui.

Le comte, voyant que ses affaires n'étaient pas fort avancées auprès d'elle, jugea nécessaire de dissimuler.

«Anzoleto, dit-il en souriant et en tirant l'oreille de son protégé un peu fort, ici se bornera ma vengeance.
Elle n'a pas été aussi loin à beaucoup près que votre délit. Mais aussi je ne fais pas de comparaison entre

le plaisir d'entretenir honnêtement votre maîtresse un quart d'heure en présence de dix personnes, et celui

que vous avez goûté tête à tête avec la mienne dans une gondole bien fermée.

- Seigneur comte, s'écria Anzoleto, violemment agité, je proteste sur mon honneur....

- Où est-il, votre honneur? reprit le comte, est-il dans votre oreille gauche?» Et en même temps il
menaçait cette malheureuse oreille d'une leçon pareille à celle que l'autre venait de recevoir.

«Accordez-vous donc assez peu de finesse à votre protégé, dit Anzoleto, reprenant sa présence d'esprit,
pour ne pas savoir qu'il n'aurait jamais commis une pareille balourdise?

- Commise ou non, répondit sèchement le comte, c'est la chose du monde la plus indifférente pour moi en
ce moment.» Et il alla s'asseoir auprès de Consuelo.

XII.

La dissertation musicale se prolongea jusque dans le salon du palais Zustiniani, où l'on rentra vers minuit
pour prendre le chocolat et les sorbets. Du technique de l'art on était passé au style, aux idées, aux formes

anciennes et modernes, enfin à l'expression, et de là aux artistes, et à leurs différentes manières de sentir

et d'exprimer. Le Porpora parlait avec admiration de son maître Scarlatti, le premier qui eût imprimé un

caractère pathétique aux compositions religieuses. Mais il s'arrêtait là, et ne voulait pas que la musique

sacrée empiétât sur le domaine du profane en se permettant les ornements, les traits et les roulades.

«Est-ce donc, lui dit Anzoleto, que votre seigneurie réprouve ces traits et ces ornements difficiles qui ont
cependant fait le succès et la célébrité de son illustre élève Farinelli?

- Je ne les réprouve qu'à l'église, répondit le maestro. Je les approuve au théâtre; mais je les veux à leur
place, et surtout j'en proscris l'abus. Je les veux d'un goût pur, sobres, ingénieux, élégants, et, dans leurs

modulations, appropriés non-seulement au sujet qu'on traite, mais encore au personnage qu'on représente,

à la passion qu'on exprime, et à la situation où se trouve le personnage. Les nymphes et les bergères

< page précédente | 44 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.