bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 1

Bohême, elle abrégea sa prière et se leva pour sortir.

Mais au moment où elle jetait un dernier regard timide sur cette figure agenouillée à dix pas d'elle, elle
vit distinctement la statue disjoindre ses deux mains de pierre allongées l'une contre l'autre, et faire

lentement un grand signe de croix en poussant un profond soupir.

Consuelo faillit tomber à la renverse, et cependant elle ne put détacher ses yeux hagards de la terrible
statue. Ce qui la confirmait dans la croyance que c'était une figure de pierre, c'est qu'elle ne sembla pas

entendre le cri d'effroi que Consuelo laissa échapper, et qu'elle remit ses deux grandes mains blanches

l'une contre l'autre, sans paraître avoir le moindre rapport avec le monde extérieur.

XXXIV.

Si l'ingénieuse et féconde Anne Radcliffe se fût trouvée à la place du candide et maladroit narrateur de
cette très véridique histoire, elle n'eût pas laissé échapper une si bonne occasion de vous promener,

madame la lectrice, à travers les corridors, les trappes, les escaliers en spirale, les ténèbres et les

souterrains, pendant une demi-douzaine de beaux et attachants volumes, pour vous révéler, seulement au

septième, tous les arcanes de son oeuvre savante. Mais la lectrice esprit fort que nous avons charge de

divertir ne prendrait peut-être pas aussi bien, au temps où nous sommes, l'innocent stratagème du

romancier. D'ailleurs, comme il serait fort difficile de lui en faire accroire, nous lui dirons, aussi vite que

nous le pourrons, le mot de toutes nos énigmes. Et pour lui en confesser deux d'un coup, nous lui

avouerons que Consuelo, après deux secondes de sang-froid, reconnut, dans la statue animée qu'elle avait

devant les yeux, le vieux comte Christian qui récitait mentalement ses prières du matin dans son oratoire;

et dans ce soupir de componction qui venait de lui échapper à son insu, comme il arrive souvent aux

vieillards, le même soupir diabolique qu'elle avait cru entendre à son oreille un soir, après avoir chanté

l'hymne de Notre-Dame-de-Consolation.

Un peu honteuse de sa frayeur, Consuelo resta enchaînée à sa place par le respect, et par la crainte de
troubler une si fervente prière. Rien n'était plus solennel et plus touchant à voir que ce vieillard prosterné

sur la pierre, offrant son coeur à Dieu au lever de l'aube, et plongé dans une sorte de ravissement céleste

qui semblait fermer ses sens à toute perception du monde physique. Sa noble figure ne trahissait aucune

émotion douloureuse. Un vent frais, pénétrant par la porte que Consuelo avait laissée entr'ouverte, agitait

autour de sa nuque une demi-couronne de cheveux argentés; et son vaste front, dépouillé jusqu'au

sommet du crâne, avait le luisant jaunâtre des vieux marbres. Revêtu d'une robe de chambre de laine

blanche à l'ancienne mode, qui ressemblait un peu à un froc de moine, et qui formait sur ses membres

amaigris de gros plis raides et lourds, il avait tout l'air d'une statue de tombeau; et quand il eut repris son

immobilité, Consuelo fut encore obligée de le regarder à deux fois pour ne pas retomber dans sa première

illusion.

Après qu'elle l'eut considéré attentivement, en se plaçant un peu de côté pour le mieux voir, elle se
demanda, comme malgré elle, tout au milieu de son admiration et de son attendrissement, si le genre de

prière que ce vieillard adressait à Dieu était bien efficace pour la guérison de son malheureux fils, et si

une âme aussi passivement soumise aux arrêts du dogme et aux rudes décrets de la destinée avait jamais

possédé la chaleur, l'intelligence et le zèle qu'Albert aurait eu besoin de trouver dans l'âme de son père.

Albert aussi avait une âme mystique: lui aussi avait eu une vie dévote et contemplative, mais, d'après tout

ce qu'Amélie avait raconté à Consuelo, d'après ce qu'elle avait vu de ses propres yeux depuis quelques

jours passés dans le château, Albert n'avait jamais rencontré le conseil, le guide et l'ami qui eût pu diriger

son imagination, apaiser la véhémence de ses sentiments, et attendrir la rudesse brûlante de sa vertu. Elle

< page précédente | 145 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.