bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 1

Consuelo avec une surprise et un ravissement indicibles, lui répétant toujours d'une voix attendrie: -
Consuelo, Consuelo!

«Mais comment donc vous appelle-t-il? dit Amélie avec un peu d'emportement à sa compagne.

- Il me demande un air espagnol que je ne connais pas, répondit Consuelo fort troublée; mais je crois que
nous ferons bien d'en rester là, car la musique paraît l'émouvoir beaucoup aujourd'hui.»

Et elle se leva pour sortir.

«Consuelo, répéta Albert en espagnol, si tu te retires de moi, c'en est fait de ma vie, et je ne veux plus
revenir sur la terre!»

En parlant ainsi, il tomba évanoui à ses pieds; et les deux jeunes filles, effrayées, appelèrent les valets
pour l'emporter et le secourir.

XXXII.

Le comte Albert fut déposé doucement sur son lit; et tandis que les deux domestiques qui l'y avaient
transporté cherchaient, l'un le chapelain, qui était une manière de médecin pour la famille, l'autre le

comte Christian, qui avait donné l'ordre qu'on vint toujours l'avertir à la moindre indisposition

qu'éprouverait son fils, les deux jeunes filles, Amélie et Consuelo, s'étaient mises à la recherche de la

chanoinesse. Mais avant qu'une seule de ces personnes se fût rendue auprès du malade, ce qui se fit

pourtant avec le plus de célérité possible, Albert avait disparu. On trouva sa porte ouverte, son lit à peine

foulé par le repos d'un instant qu'il y avait pris, et sa chambre dans l'ordre accoutumé. On le chercha

partout, et, comme il arrivait toujours en ces sortes de circonstances, on ne le trouva nulle part; après

quoi la famille retomba dans un des accès de morne résignation dont Amélie avait parlé à Consuelo, et

l'on parut attendre, avec cette muette terreur qu'on s'était habitué à ne plus exprimer, le retour, toujours

espéré et toujours incertain, du fantasque jeune homme.

Bien que Consuelo eût désiré ne pas faire part aux parents d'Albert de la scène étrange qui s'était passée
dans la chambre d'Amélie, cette dernière ne manqua pas de tout raconter, et de décrire sous de vives

couleurs l'effet subit et violent que le chant de la Porporina avait produit sur son cousin.

«Il est donc bien certain que la musique lui fait du mal! observa le chapelain.

- En ce cas, répondit Consuelo; je me garderai bien de me faire entendre; et lorsque je travaillerai avec
notre jeune baronne, nous aurons soin de nous enfermer si bien, qu'aucun son ne puisse parvenir à

l'oreille du comte Albert.

- Ce sera une grande gêne pour vous, ma chère demoiselle, dit la chanoinesse. Ah! il ne tient pas à moi
que votre séjour ici ne soit plus agréable!

- J'y veux partager vos peines et vos joies, reprit Consuelo, et je ne désire pas d'autre satisfaction que d'y
être associée par votre confiance et votre amitié.

- Vous êtes une noble enfant! dit la chanoinesse en lui tendant sa longue main, sèche et luisante comme
de l'ivoire jaune. Mais écoutez, ajouta-t-elle; je ne crois pas que la musique fasse réellement du mal à

mon cher Albert. D'après ce que raconte Amélie de la scène de ce matin, je vois au contraire qu'il a

éprouvé une joie trop vive; et peut-être sa souffrance n'est venue que de la suspension, trop prompte à

son gré, de vos admirables mélodies. Que vous disait-il en espagnol? C'est une langue qu'il parle

< page précédente | 140 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.