bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 1

« - Et maintenant que tu es délivré de ce surveillant, comme tu l'appelles, maintenant que tu peux vivre
tranquille, sans avoir sous les yeux le spectacle de misères que tu éteins une à une autour de toi, sans que

personne contrarie ton généreux entraînement, ne peux-tu faire un effort sur toi-même pour chasser tes

agitations intérieures?

« - Ne m'interrogez plus; mes chers parents, répondit Albert; je ne dirai plus rien aujourd'hui.»

«Il tint parole, et au delà; car il ne desserra plus les dents de toute une semaine.

XXXI.

«L'histoire d'Albert sera terminée en peu de mots, ma chère Porporina, parce qu'à moins de vous répéter
ce que vous avez déjà entendu, je n'ai presque plus rien à vous apprendre. La conduite de mon cousin

durant les dix-huit mois que j'ai passés ici a été une continuelle répétition des fantaisies que vous

connaissez maintenant. Seulement son prétendu souvenir de ce qu'il avait été et de ce qu'il avait vu dans

les siècles passés prit une apparence de réalité effrayante, lorsque Albert vint à manifester une faculté

particulière et vraiment inouïe dont vous avez peut-être entendu parler, mais à laquelle je ne croyais pas,

avant d'en avoir eu les preuves qu'il en a données. Cette faculté s'appelle, dit-on, en d'autres pays, la

seconde vue; et ceux qui la possèdent sont l'objet d'une grande vénération parmi les gens superstitieux.

Quant à moi, qui ne sais qu'en penser, et qui n'entreprendrai point de vous en donner une explication

raisonnable, j'y trouve un motif de plus pour ne jamais être la femme d'un homme qui verrait toutes mes

actions, fût-il à cent lieues de moi, et qui lirait presque dans ma pensée. Une telle femme doit être au

moins une sainte, et le moyen de l'être avec un homme qui semble voué au diable!»

- Vous avez le don de plaisanter sur toutes choses, dit Consuelo, et j'admire l'enjouement avec lequel
vous parlez de choses qui me font dresser les cheveux sur la tête. En quoi consiste donc cette seconde

vue?

- Albert voit et entend ce qu'aucun autre ne peut voir ni entendre. Lorsqu'une personne qu'il aime doit
venir, bien que personne ne l'attende, il l'annonce et va à sa rencontre une heure d'avance. De même il se

retire et va s'enfermer dans sa chambre, quand il sent venir de loin quelqu'un qui lui déplaît.

«Un jour qu'il se promenait avec mon père dans un sentier de la montagne, il s'arrêta tout à coup et fit un
grand détour à travers les rochers et les épines, pour ne point passer sur une certaine place qui n'avait

cependant rien de particulier. Ils revinrent sur leurs pas au bout de quelques instants, et Albert fit le

même manège. Mon père, qui l'observait, feignit d'avoir perdu quelque chose, et voulut l'amener au pied

d'un sapin qui paraissait être l'objet de cette répugnance. Non-seulement Albert évita d'en approcher,

mais encore il affecta de ne point marcher sur l'ombre que cet arbre projetait en travers du chemin; et,

tandis que mon père passait et repassait dessus, il montra un malaise et une angoisse extraordinaires.

Enfin, mon père s'étant arrêté tout au pied de l'arbre, Albert fit un cri, et le rappela précipitamment. Mais

il refusa bien longtemps de s'expliquer sur cette fantaisie, et ce ne fut que vaincu par les prières de toute

la famille, qu'il déclara que cet arbre était la marque d'une sépulture, et qu'un grand crime avait été

commis en ce lieu. Le chapelain pensa que si Albert avait connaissance de quelque meurtre commis jadis

en cet endroit, il était de son devoir de s'en informer, afin de donner la sépulture à des ossements

abandonnés.

« - Prenez garde à ce que vous ferez, dit Albert avec l'air moqueur et triste à la fois qu'il sait prendre
souvent. L'homme, la femme et l'enfant que vous trouverez là étaient hussites, et c'est l'ivrogne

Wenceslas qui les a fait égorger par ses soldats, une nuit qu'il se cachait dans nos bois, et qu'il craignait

< page précédente | 136 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.