bibliotheq.net - littérature française
 

George Sand - Consuelo, 1

les parents les plus proches et les amis les plus sûrs n'étaient jamais admis sans précautions et sans
lenteurs. La chanoinesse alla donner des ordres pour le souper de l'étrangère. Amélie voulut courir au

pont-levis; mais son oncle, tenant à honneur d'aller lui-même à la rencontre de son hôtesse, lui offrit son

bras; et force fut à l'impétueuse petite baronne de se traîner majestueusement jusqu'au péristyle, où déjà

la chaise de poste venait de déposer sur les premières marches l'errante et fugitive Consuelo.

XXIV.

Depuis trois mois que la baronne Amélie s'était mis en tête d'avoir une compagne, pour l'instruire bien
moins que pour dissiper l'ennui de son isolement, elle avait fait cent fois dans son imagination le portrait

de sa future amie. Connaissant l'humeur chagrine du Porpora, elle avait craint qu'il ne lui envoyât une

gouvernante austère et pédante. Aussi avait-elle écrit en cachette au professeur pour lui annoncer qu'elle

ferait un très mauvais accueil à toute gouvernante âgée de plus de vingt-cinq ans, comme s'il n'eût pas

suffi qu'elle exprimât son désir à de vieux parents dont elle était l'idole et la souveraine.

En lisant la réponse du Porpora, elle fut si transportée, qu'elle improvisa tout d'un trait dans sa tête une
nouvelle image de la musicienne, fille adoptive du professeur, jeune, et Vénitienne surtout, c'est-à-dire,

dans les idées d'Amélie, faite exprès pour elle, à sa guise et à sa ressemblance.

Elle fut donc un peu déconcertée lorsqu'au lieu de l'espiègle enfant couleur de rose qu'elle rêvait déjà,
elle vit une jeune personne pâle, mélancolique et très interdite. Car au chagrin profond dont son pauvre

coeur était accablé, et à la fatigue d'un long et rapide voyage, une impression pénible et presque mortelle

était venue se joindre dans l'âme de Consuelo, au milieu de ces vastes forêts de sapins battues par l'orage,

au sein de cette nuit lugubre traversée de livides éclairs, et surtout à l'aspect de ce sombre château, où les

hurlements de la meute du baron et la lueur des torches que portaient les serviteurs répandaient quelque

chose de vraiment sinistre. Quel contraste avec le firmamento lucido de Marcello, le silence

harmonieux des nuits de Venise, la liberté confiante de sa vie passée au sein de l'amour et de la riante

poésie! Lorsque la voiture eut franchi lentement le pont-levis qui résonna sourdement sous les pieds des

chevaux, et que la herse retomba derrière elle avec un affreux grincement, il lui sembla qu'elle entrait

dans l'enfer du Dante, et saisie de terreur, elle recommanda son âme à Dieu.

Sa figure était donc bouleversée lorsqu'elle se présenta devant ses hôtes; et celle du comte Christian
venant à la frapper tout d'un coup, cette longue figure blême, flétrie par l'âge et le chagrin, et ce grand

corps maigre et raide sous son costume antique, elle crut voir le spectre d'un châtelain du moyen âge; et,

prenant tout ce qui l'entourait pour une vision, elle recula en étouffant un cri d'effroi.

Le vieux comte, n'attribuant son hésitation et sa pâleur qu'à l'engourdissement de la voiture et à la fatigue
du voyage, lui offrit son bras pour monter le perron, en essayant de lui adresser quelques paroles d'intérêt

et de politesse. Mais le digne homme, outre que la nature lui avait donné un extérieur froid et réservé,

était devenu, depuis plusieurs années d'une retraite absolue, tellement étranger au monde, que sa timidité

avait redoublé, et que, sous un aspect grave et sévère au premier abord, il cachait le trouble et la

confusion d'un enfant. L'obligation qu'il s'imposa de parler italien (langue qu'il avait sue passablement,

mais dont il n'avait plus l'habitude) ajoutant à son embarras, il ne put que balbutier quelques paroles que

Consuelo entendit à peine, et qu'elle prit pour le langage inconnu et mystérieux des ombres.

Amélie, qui s'était promis de se jeter à son cou pour l'apprivoiser tout de suite, ne trouva rien à lui dire,
ainsi qu'il arrive souvent par contagion aux natures les plus entreprenantes, lorsque la timidité d'autrui

semble prête à reculer devant leurs prévenances.

< page précédente | 100 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.