bibliotheq.net - littérature française
 

Gaston Tissandier - En Ballon! Pendant le Siège de Paris

esprit. Quel spectacle navrant! Quelle douleur, quelle humiliation en voyant ces soldats prussiens se
promener sur les routes, ou monter la garde dans nos gares!

Pres de Juvisy, les voyageurs qui sont dans le meme compartiment que moi me montrent sur la route un
convoi d'approvisionnement prussien qui attire l'attention generale. Un grand nombre de voitures

uniformes, bien construites, circulent sur le chemin, tirees par une belle locomotive routiere. Cette

machine a vapeur vient de Berlin, elle fonctionne ici. Et voila dix ans que l'on dit en France que les

machines routieres ne valent rien. Je compare ce convoi prussien, aux mechantes charrettes de l'armee de

la Loire!

A 2 heures je suis a Paris. La grande ville est sombre et lugubre! Ses habitants sont fatigues, abattus et
consternes!

Quel triste retour, apres mon depart aerien du 30 septembre! C'est comme le reveil apres un beau reve!

Je retrouve mon frere Albert et mon frere aine qui a servi dans les bataillons de marche, et qui me raconte
ses campagnes; je revois mes amis.

L'un d'eux manque a l'appel. C'est Gustave Lambert, l'intrepide pionnier du Pole Nord. Il s'est engage
comme simple soldat, et une balle stupide, lancee par quelque brute, a frappe au coeur cet homme d'elite,

cet apotre d'une grande idee de science et d'initiative. - Gustave Lambert m'embrassait la veille de mon

depart, et se felicitait de voir les ballons qu'il affectionnait contribuer a la defense de Paris.

- Au revoir, me disait-il, bon courage, bonne chance! Nous nous retrouverons bientot. Vous continuerez
vos ascensions. Quant a moi j'irai au Pole Nord. - Soldat aujourd'hui, je reprendrai demain ma grande

toquade
.

Gustave Lambert a ete frappe le meme jour que l'illustre peintre Regnault. Ce jour-la les Prussiens, qui se
pretendent les soldats de la science et de la civilisation, ont pu se feliciter de leur besogne!

C'est par son souvenir que je termine le recit de mes voyages, car la derniere parole que je lui ai entendu
prononcer s'appliquait aux ballons-poste. "Mon cher ami, me disait-il le 28 septembre, la guerre est une

chose hideuse, monstrueuse, c'est un grand crime des peuples. Mais tout homme de coeur dans ces

moments-ci doit se devouer pour son pays. Je vous felicite de votre entreprise. En ballon vous allez

rendre a votre pays plus de services qu'en etant soldat, et vous etes sur de ne tuer personne."

TROISIEME PARTIE. HISTOIRE DE LA POSTE AERIENNE

I. Naissance des ballons-poste. - Stations militaires autour de Paris. Les premiers departs avec
l'ancien materiel. - Construction des aerostats.

En retracant dans les pages qui precedent mes impressions de voyages aeriens pendant la guerre, je n'ai
eu ni la volonte, ni la pretention de me separer de mes collegues; j'ai pense que je ne devais pas ecrire cet

ouvrage sans donner les details que j'ai pu recueillir sur la poste aerienne, sur les voyages les plus

curieux des aeronautes improvises de la Republique, sur les courageux courriers a pied, qui tous ont droit

au meme titre a la reconnaissance de leurs concitoyens pour les services qu'ils ont rendus a la Patrie.

On se rappelle que le 6 septembre 1870, les habitants des environs de Paris recurent l'invitation de rentrer
immediatement dans les murs de l'enceinte. - Tous songent au depart, ils emportent les objets qui leur

sont precieux, brulent les approvisionnements qu'ils ne peuvent soustraire a l'ennemi. Le spectacle de

cette emigration restera toujours present a l'esprit des Parisiens qui etaient la, aux portes des bastions,

< page précédente | 78 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.