bibliotheq.net - littérature française
 

Eugène Fromentin - Dominique

- Je ne sais rien ; mais j'imagine que tu as dû faire ce que tu me recommandes.

- C'est vrai", dit-il en souriant.

Puis il devint sérieux, et me dit:

"Dans tout autre moment, je te raconterais, mais pas aujourd'hui. L'air de cette chambre est plein d'une
émotion respectable. Il n'y a pas de promiscuité permise entre la femme dont j'aurais à t'entretenir et celle

dont il ne faut pas même prononcer le nom lorsqu'il est question de la première."

Le bruit d'un pas dans l'antichambre l'interrompit. Mon domestique annonça Augustin, qui venait
rarement à pareille heure. La vue de cette ardente et inflexible physionomie me rendit en quelque sorte

une lueur de courage. Il me semblait que c'était un renfort que le hasard m'envoyait dans un moment où

j'en avais si grand besoin.

"Vous venez à propos, lui dis-je en faisant bonne contenance. Tenez, c'était bien la peine de me donner
tant de mal. J'ai tout détruit."

Je lui parlais toujours un peu comme un ex-disciple à son ancien maître, et je lui reconnaissais le droit de
m'interroger sur mon travail.

"C'est à recommencer, dit-il sans s'émouvoir autrement ; je connais cela."

Olivier se taisait. Après quelques minutes de silence, il passa la main dans ses cheveux bouclés, bâilla
doucement et nous dit:

"Je m'ennuie, et je vais au bois."

X

Est-ce qu'il travaille? me demanda Augustin quand Olivier nous eut quittés.

- Fort peu, et cependant il apprend comme s'il travaillait.

- Tant mieux ; il a séduit la fortune. Si la vie n'était qu'une loterie, reprit Augustin, ce jeune homme
rêverait toujours les numéros gagnants."

Augustin n'était pas de ceux qui séduisent la fortune, ni qu'un numéro rêvé doit enrichir. Ce que je vous
ai dit de lui peut vous faire comprendre qu'il n'était pas né pour les faveurs du hasard, et que, dans toutes

les combinaisons où jusqu'à présent il avait mis sa volonté pour enjeu, l'enjeu représentait beaucoup plus

que le gain. Depuis le jour où vous l'avez vu quitter les Trembles, tenant à la main une lettre reçue de

Paris, comme un jeune soldat muni de sa feuille de route, ses espérances avaient, je crois, reçu plus d'un

échec, mais sans diminuer sa foi robuste ni le faire douter une seule minute que le succès, sinon la gloire,

ne fût à Paris même et juste au bout du chemin qu'il y suivait. Il ne se plaignait point, n'accusait

personne, ne désespérait de rien. Il avait, sans aucune illusion, la ténacité des espoirs aveugles, et ce qui

chez d'autres aurait pu passer pour de l'orgueil n'existait chez lui que comme un sentiment très

exactement déterminé de son droit. Il appréciait les choses avec le sang-froid d'un lapidaire essayant des

bijoux de qualité douteuse, et se trompait rarement sur le choix de celles qui méritaient de lui de la peine

et du temps.

Il avait eu des protecteurs. Il ne trouvait pas que solliciter fût un déshonneur, parce qu'il ne proposait

< page précédente | 60 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.