bibliotheq.net - littérature française
 

Eugène Fromentin - Dominique

I

Certainement je n'ai pas à me plaindre - me disait celui dont je rapporterai les confidences dans le récit
très-simple et trop peu romanesque qu'on lira tout à l'heure - car, Dieu merci, je ne suis plus rien, à

supposer que j'aie jamais été quelque chose, et je souhaite à beaucoup d'ambition de finir ainsi. J'ai trouvé

la certitude et le repos, ce qui vaut mieux que toutes les hypothèses. Je me suis mis d'accord avec

moi-même, ce qui est bien la plus grande victoire que nous puissions remporter sur l'impossible. Enfin,

d'inutile à tous, je deviens utile à quelques-uns, et j'ai tiré de ma vie, qui ne pouvait rien donner de ce

qu'on espérait d'elle, le seul acte peut-être qu'on n'en attendît pas, un acte de modestie, de prudence et de

raison. Je n'ai donc pas à me plaindre. Ma vie est faite et bien faite selon mes désirs et mérites. Elle est

rustique ce qui ne lui messied pas. Comme les arbres de courte venue, je l'ai coupée en tête: elle a moins

de port, de grâce et de saillie ; on la voit de moins loin, mais elle n'en aura que plus de racines et n'en

répandra que plus d'ombre autour d'elle. Il y a maintenant trois êtres à qui je me dois et qui me lient par

des devoirs précis, par des responsabilités qui n'ont rien de trop lourd, par des attachements sans erreurs

ni regrets. La tâche est simple, et j'y suffirai. Et s'il est vrai que le but de toute existence humaine soit

moins encore de s'ébruiter que de se transmettre, si le bonheur consiste dans l'égalité des désirs et des

forces, je marche aussi droit que possible dans les voies de la sagesse, et vous pourrez témoigner que

vous avez vu un homme heureux."

Quoiqu'il ne fût pas le premier venu autant qu'il le prétendait, et qu'avant de rentrer dans les effacements
de sa province il en fût sorti par un commencement de célébrité, il aimait à se confondre avec la

multitude des inconnus, qu'il appelait les quantités négatives. A ceux qui lui parlaient de sa jeunesse et

lui rappelaient les quelques lueurs assez vives qu'elle avait jetées, il répondait que c'était sans doute une

illusion des autres et de lui-même, qu'en réalité il n'était personne, et la preuve, c'est qu'il ressemblait

aujourd'hui à tout le monde, résultat de toute équité dont il s'applaudissait comme d'une restitution

légitime faite à l'opinion. Il répétait à ce sujet qu'il n'est donné qu'à bien peu de gens de se dire une

exception, que ce rôle de privilégié est le plus ridicule, le moins excusable et le plus vain, quand il n'est

pas justifié par des dons supérieurs ; que l'envie audacieuse de se distinguer du commun de ses

semblables n'est le plus souvent qu'une tricherie commise envers la société et une injure impardonnable

faite à tous les gens modestes qui ne sont rien ; que s'attribuer un lustre auquel on n'a pas droit, c'est

usurper les titres d'autrui, et risquer de se faire prendre tôt ou tard en flagrant délit de pillage dans le

trésor public de la renommée.

Peut-être se diminuait-il ainsi pour expliquer sa retraite et pour ôter le moindre prétexte de retour à ses
propres regrets comme aux regrets de ses amis. Etait-il sincère? Je me le suis demandé souvent, et

quelquefois j'ai pu douter qu'un esprit comme le sien, épris de perfection, fût aussi complètement résigné

à la défaite. Mais il y a tant de nuance dans la sincérité la plus loyale ! Il y a tant de manières de dire la

vérité sans la dire tout entière ! L'absolu détachement des choses n'admettrait-il aucun regard jeté de loin

sur les choses qu'on désavoue? Et quel est le coeur assez sûr de lui pour répondre qu'il ne se glissera

jamais un regret entre la résignation, qui dépend de nous, et l'oubli, qui ne peut nous venir que du temps.

Quoi qu'il en soit de ce jugement porté sur un passé qui ne s'accordait pas très-bien avec sa vie présente,
à l'époque dont je parle du moins, il était arrivé à ce degré de démission de lui-même et d'obscurité qui

semblait lui donner tout à fait raison. Aussi ne fais-je que le prendre au mot en le traitant à peu près

comme un inconnu. Il était devenu, d'après ses propres termes, si peu quelqu'un, et tant d'autres que lui

pourraient à la rigueur se reconnaître dans ces pages, que je ne vois pas la moindre indiscrétion à publier

de son vivant le portrait d'un homme dont la physionomie se prête à tant de ressemblances. Si quelque

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.