bibliotheq.net - littérature française
 

Eugène Fromentin - Dominique

dans un trait si rigide l'empêchait seul de s'émouvoir et de me répondre.

Quelquefois l'idée me venait que Madeleine avait prévu ce qui arrivait: c'est que je la reconnaîtrais, et
que je deviendrais fou de douleur et de joie dans ce fantastique entretien d'un homme vivant et d'une

peinture. Et, suivant que j'y voyais des compassions ou des malices, cette idée m'exaspérait de colère, ou

me faisait fondre en larmes de reconnaissance.

Ce que je vous dis là dura près de deux grands mois ; après quoi, le lendemain d'un jour où je lui fis des
adieux vraiment funèbres, les salles furent fermées, et le portrait disparu me laissa plus seul que jamais.

A quelque temps de là, je reçus la visite d'Olivier. Il était sérieux, embarrassé et comme chargé d'un cas
de conscience qui lui pesait. Rien qu'à le voir, je me sentis trembler.

"Je ne sais ce qui se passe à Nièvres, me dit-il ; mais tout y va mal.

- Madeleine?... lui dis-je avec épouvante.

- Julie est malade, me dit-il, assez malade pour qu'on s'inquiète. Madeleine elle-même n'est pas bien. Je
voudrais y aller, mais la situation ne serait pas tenable. Mon oncle m'écrit des lettres fort désolées.

- Et Madeleine?... lui dis-je encore, comme s'il y avait un autre malheur qu'il me cachât.

- Je te répète que Madeleine est dans un triste état de santé. Au reste, cet état n'a point empiré depuis
quelque temps, mais il continue.

- Olivier, que tu ailles à Nièvres ou non, j'y serai demain. Personne ne m'a chassé de la maison de
Madeleine, je m'en suis éloigné volontairement. J'avais dit à Madeleine de m'écrire le jour où elle aurait

besoin de moi ; elle a des motifs pour se taire, j'en ai pour courir à elle.

- Tu feras absolument ce que tu voudras. En pareil cas, j'agirai comme toi, sauf à m'en repentir, si le
remède était pire que le mal.

- Adieu.

XVII

Le lendemain, j'étais à Nièvres. J'arrivai dans la soirée, un peu avant la nuit. C'était en novembre. Je me
fis descendre à quelque distance de la grille, en plein bois. Je traversai la cour d'entrée sans être aperçu. A

l'extrémité des communs, à droite, un feu brillait dans les cuisines. Deux fenêtres déjà éclairées se

détachaient en lumière sur la façade du château. J'allai droit au vestibule, dont la porte était seulement

poussée ; quelqu'un le traversait au moment où j'y entrais. Il faisait très-sombre. "Madame de Nièvres?"

dis-je en croyant parler à une femme de chambre. La personne à qui je m'adressais se retourna

brusquement, vint droit à moi et jeta un cri. C'était Madeleine.

Elle resta pétrifiée de surprise, et je lui pris la main, sans trouver la force d'articuler une seule parole. Le
peu de jour qui venait du dehors lui donnait la blancheur inanimée d'une statue ; ses doigts, tout à fait

inertes et glacés, se détachaient insensiblement de mon étreinte comme la main d'une morte. Je la vis

chanceler, mais, au geste que je fis pour la soutenir, elle se dégagea par un mouvement d'inconcevable

terreur, ouvrit démesurément des yeux égarés, et me dit: "Dominique !..." comme si elle se réveillait et

me reconnaissait après deux années d'un mauvais sommeil ; puis elle fit quelques pas vers l'escalier,

m'entraînant avec elle et n'ayant plus ni conscience ni idée. Nous montâmes ensemble côte à côte, nous

< page précédente | 103 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.