bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

venir jouir des trésors qu'il a amassés; tout cela écrit d'un style et d'une orthographe impossibles. Courtois
n'en a pas moins feint de prendre cette lettre au sérieux, et, après en avoir cité un assez long fragment,

auquel il a eu grand soin de restituer une orthographe usuelle, afin d'y donner un air un peu plus

véridique, il s'écrie triomphalement: «Voilà l'incorruptible, le désintéressé Maximilien[260]!» Non, je ne

sais si dans toute la comédie italienne on trouverait un fourbe pareil.

[Note 260: Rapport de Courtois, p. 54. - On a honte vraiment d'être obligé de prémunir le lecteur contre
de si grossières inventions. Voici le commencement de cette lettre dont les Thermidoriens ont cru avoir

tiré un si beau parti, et que nous avons transcrite aux Archives sur l'original, en en respectant

soigneusement l'orthographe: «Sans doute vous être inquiette de ne pas avoire reçu plutôt des nouvelles

des effet que vous m'avez fait adresser pour continuer le plan de faciliter votre retraite dans ce pays,

soyez tranquille sur tout les objest que votre adresse a su me fair parvenir depuis le commencement de

vos crainte personnel et non pas sans sujet, vous savez que je ne doit vous faire de reponce que par notre

courrier ordinaire comme il a été interrompu par sa dernière course, ce qui est cause de mon retard

aujourd'huit, mais lorsque vous la rêceverêz vous emploirêz toute la vigilance que l'exige la nesesité de

fuir un théâtre ou vous deviez bientôt paraître et disparaître pour la dernière fois; il est inutil de vous

rappeller toutes les raison qui vous expose car ce dernier pas qui vient de vous mettre sur le soffa de la

présidence vous raproche de l'échafaut ou vous verriez cette canaille qui vous cracherait au visage

comme elle a fait à ceux que vous avez jugé, l'Égalité, dit d'Orléans, vous en fournit un assez grand

exemple, etc.

«Je finis notre courrier parti je vous attend pour reponce.»

Cette lettre, d'un fou ou d'un mystificateur, porte en suscription: «Au cytoyen cytoyen Robespierre,
président de la Convention national, en son hotel, a Paris.» (Archives, F. 7, 4436.)]

Au reste, de quoi n'étaient pas capables des gens qui ne reculaient point devant des faux matériels?
Courtois et ses amis, comme s'ils eussent eu le pressentiment qu'un jour ou l'autre leurs fraudes finiraient

par être découvertes, refusaient avec obstination de rendre les originaux des pièces saisies chez les

victimes de Thermidor. Il fallut que Saladin, au nom de la commission des Vingt et un, chargée de

présenter un rapport sur les anciens membres des comités, menaçât Courtois d'un décret de la

Convention, pour l'amener à une restitution. Mais cet habile artisan de calomnies eut bien soin de ne

rendre que les pièces dont l'existence se trouvait révélée par l'impression, et il garda le reste; de sorte que

ce fameux rapport qui, depuis si longues années fait les délices de la réaction, est à la fois l'oeuvre d'un

faussaire et d'un voleur.

VIII

Nous avons déjà signalé en passant plusieurs des fraudes de Courtois, et le lecteur ne les a sans doute pas
oubliées. Ici, au lieu des écrivains mercenaires dont parlait Maximilien, on a généralisé et l'on a écrit:

les écrivains
; là, au lieu d'une couronne civique, on lui fait offrir la couronne, et cela
suffit au rapporteur pour l'accuser d'avoir aspiré à la royauté. Mais de tous les faux commis par les

Thermidoriens pour charger la mémoire de Robespierre, il n'en est pas de plus odieux que celui qui a

consisté à donner comme adressée à Maximilien une lettre écrite par Charlotte Robespierre à son jeune

frère Augustin, dans un moment de dépit et de colère. A ceux qui révoqueraient en doute l'infamie et la

scélératesse de cette faction thermidorienne que Charles Nodier a si justement flétrie du nom d'exécrable,

de ces sauveurs de la France, comme disent les fanatiques de Mme Tallien, il n'y a qu'à opposer

l'horrible trame dont nous allons placer le récit sous les yeux de nos lecteurs. Les individus coupables de

< page précédente | 92 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.