bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

VII

On sait maintenant, par une discussion solennelle et officielle, avec quelle effroyable mauvaise foi a été
conçu le rapport de Courtois. Tous les témoignages d'affection, d'enthousiasme et d'admiration adressés à

Robespierre y sont retournés en arguments contre lui. Et il faut voir comment sont traités ses

enthousiastes et ses admirateurs. Crime à un écrivain nommé Félix d'avoir exprimé le désir de connaître

un homme aussi vertueux[255]; crime à un vieillard de quatre-vingt-sept ans d'avoir regardé Robespierre

comme le messie annoncé pour réformer toutes choses[256]; crime à celui-ci d'avoir baptisé son enfant

du nom de Maximilien; crime à celui-là d'avoir voulu rassasier ses yeux et son coeur de la vue de

l'immortel tribun; crime au maire de Vermanton, en Bourgogne, de l'avoir regardé comme la pierre

angulaire de l'édifice constitutionnel, etc.[257]. Naturellement Robespierre est un profond scélérat d'avoir

été l'objet de si chaudes protestations[258]. S'il faut s'en rapporter aux honorables vainqueurs de

Thermidor, il n'appartient qu'aux gens sans courage, sans vertus et sans talents de recevoir tant de

marques d'amour et de soulever les applaudissements de tout un peuple.

[Note 255: P. 10 du rapport de Courtois.]

[Note 256: P. 11.]

[Note 257: Toutes les lettres auxquelles il est fait allusion figurent à la suite du rapport de Courtois.]

[Note 258: P. 13 du rapport.]

Comme dans toute la correspondance recueillie chez Robespierre tout concourait à prouver que c'était un
parfait homme de bien, les Thermidoriens ont usé d'un stratagème digne de l'école jésuitique dont ils

procèdent si directement. Ils ont fait l'amalgame le plus étrange qui se puisse imaginer. Ainsi le rapport

de Courtois roule sur une foule de lettres et de pièces entièrement étrangères à Maximilien, lettres

émanées de patriotes très sincères, mais quelquefois peu éclairés, et dont certaines expressions triviales

ou exagérées ont été relevées avec une indignation risible, venant d'hommes comme les Thermidoriens.

Ce rapport est plein, du reste, de réminiscences de Louvet, et l'on sent que le rédacteur était un lecteur

assidu, sinon un collaborateur des journaux girondins. La soif de la domination qu'il prête si gratuitement

à Robespierre, et qui chez d'autres, selon lui, - chez les Thermidoriens sans doute - peut venir d'un

mouvement louable, naquit chez le premier de l'égoïsme et de l'envie[259]. Quel égoïste en effet! Jamais

homme ne songea moins à ses intérêts personnels; l'humanité et la patrie occupèrent uniquement ses

pensées. Quant à être envieux, beaucoup de ses ennemis avaient de fortes raisons pour l'être de sa

renommée si pure, mais lui, pourquoi et de qui l'aurait-il été?

[Note 259: P. 23 du rapport. - Le rapporteur veut bien avouer (p. 25) que quelques hommes
superficiels
ont cru au courage de Robespierre. D'après Courtois, ce courage n'était que de
l'insolence. Il y a toutefois là un aveu involontaire dont il faut tenir compte, surtout quand on songe que

tant d'écrivains, parmi lesquels on a le regret de voir figurer M. Thiers, - je ne parle pas de Proudhon -

ont fait de Robespierre un être faible, timide, pusillanime].

Un exemple fera voir jusqu'où Courtois a poussé la déloyauté. Dans les papiers trouvés chez Robespierre
il y a un certain nombre de lettres anonymes, plus niaises et plus bêtes les unes que les autres. Le premier

devoir de l'homme qui se respecte est de fouler aux pieds ces sortes de lettres, monuments de lâcheté et

d'ineptie. Mais les Thermidoriens!! Parmi ces lettres s'en trouve une que le rapporteur dit être écrite sur le

ton d'une réponse, et qui n'est autre chose qu'une plate et ignoble mystification. On y parle à Robespierre

de la nécessité de fuir un théâtre où il doit bientôt paraître pour la dernière fois; on l'engage à

< page précédente | 91 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.