bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

Affamé de persécution comme d'autres de justice, l'ancien avocat, lassé en quelque sorte de la tranquillité
dans laquelle il vivait au milieu de cette Terreur dont il aimait tant à dénoncer les excès, écrivit une

dernière lettre, d'une violence inouïe, où il stigmatisa rudement la politique extérieure et intérieure du

comité de Salut public; puis il signa son nom en toutes lettres, et, cette fois, il adressa sa missive à

Saint-Just: «Jusqu'à présent j'ai gardé l'anonyme, mais maintenant que je crois ma malheureuse patrie

perdue sans ressource, je ne crains plus la guillotine, et je signe[229].»

[Note 229: L'original de cette lettre est aux Archives. Elle porte en suscription: Au citoyen
Saint-Just, député à la Convention et membre du comité de Salut public.]

D'autres, les Legendre, les Bourdon (de l'Oise), par exemple, se fussent empressés d'aller déposer ce
libelle sur le bureau du comité afin de faire montre de zèle, eussent réclamé l'arrestation de l'auteur;

Saint-Just n'y fit nulle attention; il mit la lettre dans un coin, garda le silence, et Jacquotot continua de

vivre sans être inquiété jusqu'au 9 thermidor. Mais, au lendemain de ce jour néfaste, les glorieux

vainqueurs trouvèrent les lettres du malheureux Jacquotot, et, sans perdre un instant, ils le firent arrêter et

jeter dans la prison des Carmes[230], tant il est vrai que la chute de Robespierre fut le signal du réveil de

la modération, de la justice et de l'humanité!

[Note 230: Voici l'ordre d'arrestation de Jacquotot: «Paris, le 11 thermidor.... Les comités de Salut public
et de Sûreté générale arrêtent que le nommé Jacquotot, ci-devant homme de loi, rue Saint-Jacques, 13,

sera mis sur-le-champ en état d'arrestation dans la maison de détention dite des Carmes; la perquisition la

plus exacte de ses papiers sera faite, et ceux qui paraîtront suspects seront portés au comité de Sûreté

générale de la Convention nationale. Barère, Dubarran, Billaud-Varenne, Robert Lindet, Jagot, Voulland,

Moïse Bayle, C.-A. Prieur, Collot-d'Herbois, Vadier.» (Archives. coll. 119.)]

V

C'est ici le lieu de faire connaître par quels étranges procédés, par quels efforts incessants, par quelles
manoeuvres criminelles les ennemis de Robespierre sont parvenus à ternir sa mémoire aux yeux d'une

partie du monde aveuglé. Nous dirons tout à l'heure de quelle réputation éclatante et pure il jouissait au

moment de sa chute, et pour cela nous n'aurons qu'à interroger un de ses plus violents adversaires. Disons

auparavant ce qu'on s'est efforcé d'en faire, et comment on a tenté de l'assassiner au moral comme au

physique.

Un historien anglais a écrit: «De tous les hommes que la Révolution française a produits, Robespierre fut
de beaucoup le plus remarquable.... Aucun homme n'a été plus mal représenté, plus défiguré dans les

portraits qu'ont faits de lui les annalistes contemporains de toute espèce[231].» Rien de plus juste et de

plus vrai. Pareils à des malfaiteurs pris la main dans le sac et qui, afin de donner le change, sont les

premiers à crier: au voleur! les Thermidoriens, comme on l'a vu, mettaient tout en oeuvre pour rejeter sur

Robespierre la responsabilité des crimes dont ils s'étaient couverts. D'où ce cri désespéré de Maximilien:

«J'ai craint quelquefois, je l'avoue, d'être souillé aux yeux de la postérité par le voisinage impur des

hommes pervers qui s'introduisaient parmi les sincères amis de l'humanité[232].» Et ces hommes, quels

étaient-ils? Ceux-là mêmes qui avaient poursuivi les Dantonistes avec le plus d'acharnement. Nous le

savons de Robespierre lui-même: «Que dirait-on si les auteurs du complot ... étaient du nombre de ceux

qui ont conduit Danton et Desmoulins à l'échafaud[233]?» Les hommes auxquels Robespierre faisait ici

allusion étaient Vadier, Amar, Voulland, Billaud-Varenne. Ah! à cette heure suprême, est-ce qu'un

bandeau ne tomba pas de ses yeux? Est-ce qu'une voix secrète ne lui reprocha pas amèrement de s'être

laissé tromper au point de consentir à abandonner ces citoyens illustres?

< page précédente | 85 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.