bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

parvint au comité, tout était consommé. Nous sommes en effet à la veille d'une des plus tragiques et des
plus déplorables journées de la Révolution.

[Note 185: Lettres de Bô au comité de Salut public, en date du 2 thermidor. Archives.]

[Note 186: Ces lettres de Bô et de Fouché, révélées pour la première fois, sont en originaux aux
Archives
, où nous en avons pris copie.]

CHAPITRE QUATRIÈME

Situation de la République en Thermidor. - Participation de Robespierre aux affaires. - La pétition
Magenthies. - Plaintes des amis de Robespierre. - Joseph Le Bon et Maximilien. - Tentatives pour sortir

de la Terreur. - Comment on est parvenu à noircir Robespierre - Les deux amis de la liberté. - Le rapport

du représentant Courtois. - Cri de Choudieu. - Les fraudes thermidoriennes. - Une lettre de Charlotte

Robespierre. - Question de l'espionnage.

I

Avant de commencer le récit du drame où succomba l'homme dont le malheur et la gloire sont d'avoir
entraîné dans sa chute les destinées de la Révolution, arrêtons-nous un moment pour contempler ce qui

fut si grand; voyons l'oeuvre des quatorze mois qui viennent de s'écouler, et comparons ce qu'était

devenue la République dans les premiers jours de thermidor avec ce qu'elle était quand les hommes de la

Montagne la prirent, défaillante et bouleversée, des mains de la Gironde.

A l'intérieur, les départements, soulevés l'année précédente par les prédications insurrectionnelles de
quelques députés égarés, étaient rentrés dans le devoir; de gré ou de force, la contre-révolution avait été

comprimée dans le Calvados, à Bordeaux, à Marseille; Lyon s'était soumis, et Couthon y avait paru en

vainqueur modéré et clément; Toulon, livré à l'ennemi par la trahison d'une partie de ses habitants, avait

été repris aux Anglais et aux Espagnols à la suite d'attaques hardies dans lesquelles Robespierre jeune

avait illustré encore le nom si célèbre qu'il portait; la Vendée, victorieuse d'abord, et qui, au bruit de ses

succès, avait vu accourir sous ses drapeaux tant de milliers de combattants, était désorganisée,

constamment battue, réduite aux abois, et à la veille de demander grâce.

Sur nos frontières et au dehors, que de prodiges accomplis! Où est le temps où les armées de la coalition
étaient à peine à deux journées de la capitale? Les rôles sont bien changés. D'envahissante, l'Europe est

devenue envahie; partout la guerre est rejetée sur le territoire ennemi. Dans le Midi, Collioures,

Port-Vendre, le fort Saint-Elme et Bellegarde sont repris et nos troupes ont mis le pied en Espagne. Au

Nord, Dunkerque et Maubeuge ont été sauvées; les alliés ont repassé la Sambre en désordre après la

bataille de Wattignies; Valenciennes, Landrecies, Le Quesnoy, Condé, ont été repris également; enfin,

sous les yeux de Saint-Just, nos troupes se sont emparées de Charleroi et ont gagné la bataille de Fleurus,

qui va nous rendre la Belgique. Un port manquait à la sûreté de nos flottes, Ostende est à nous. A l'Est,

grâce encore, en grande partie, aux efforts énergiques de Saint-Just et de Le Bas, Landau a été débloqué,

les lignes de Wissembourg ont été recouvrées; déjà voici le Palatinat au pouvoir de nos armes; la France

est à la veille d'être sur tous les points circonscrite dans ses limites naturelles.

Etait-ce l'esprit de conquête qui animait le grand coeur de la République? Non certes; mais, exposée aux
agressions des États despotiques, elle avait senti la nécessité de s'enfermer dans des positions

inexpugnables et de se donner des frontières faciles à garder: l'Océan d'une part, les Pyrénées, les Alpes

et le Rhin de l'autre.

< page précédente | 73 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.