bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

vigilance infatigable. Il promit de s'expliquer plus au long quand les circonstances se développeraient, car
aucune puissance au monde n'était capable de l'empêcher de s'épancher, de déposer la vérité dans le sein

de la Convention ou dans le coeur des républicains, et il n'était pas au pouvoir des tyrans ou de leurs

valets de faire échouer son courage. «Qu'on répande des libelles contre moi», dit-il en terminant, «je n'en

serai pas moins toujours le même, et je défendrai la liberté et l'égalité avec la même ardeur. Si l'on me

forçait de renoncer à une partie des fonctions dont je suis chargé, il me resterait encore ma qualité de

représentant du peuple, et je ferais une guerre à mort aux tyrans et aux conspirateurs[169].» Donc, à cette

époque, Robespierre ne considérait pas encore la rupture avec ses collègues du comité de Salut public, ni

même avec les membres du comité de Sûreté générale, comme une chose accomplie. Il sentait bien qu'on

s'efforçait de le perdre dans l'esprit de ces comités, mais il avait encore confiance dans la vertu et la

fermeté de leurs membres, et sans doute il ne désespérait pas de les ramener à sa politique à la fois

énergique et modérée. Une preuve assez manifeste que la scission n'existait pas encore, au moins dans le

comité de Salut public, c'est que vers cette époque (15 messidor) Couthon fut investi d'une mission de

confiance près les armées du Midi, et chargé de prendre dans tous les départements qu'il parcourrait les

mesures les plus utiles aux intérêts du peuple et au bonheur public[170].

[Note 169: Voyez ce discours dans le Moniteur du 17 messidor an II (5 juillet 1794).]

[Note 170: Séance du comité de Salut public du 15 messidor (3 juillet 1794). Etaient présents: Barère,
Carnot, Collot-d'Herbois, Couthon, C.-A. Prieur, Billaud-Varenne, Saint-Just, Robespierre,

Robert-Lindet. (Registre des délibérations et arrêtés.) L'arrêté est signé, pour extrait, de Carnot,

Collot-d'Herbois, Billaud-Varenne et C.-A. Prieur, Archives, A F, II, 58.]

En confiant à Couthon, une importante mission, les collègues de Robespierre eurent-ils l'intention
d'éloigner de lui un de ses plus ardents amis? On le supposerait à tort; ils n'avaient pas encore de parti

pris. D'ailleurs Maximilien et Saint-Just, revenu depuis peu de l'armée du Nord après une participation

glorieuse à la bataille de Fleurus et à la prise de Charleroi[171], n'avaient-ils pas approuvé eux-mêmes la

mission confiée à leur ami? Si Couthon différa son départ, ce fut sans doute parce que de jour en jour la

conjuration devenait plus manifeste et plus menaçante, et que, comme il allait bientôt le déclarer

hautement, il voulait «partager les poignards dirigés contre Robespierre»[172].

[Note 171: Nous avons, dans notre histoire de Saint-Just, signalé l'erreur capitale des historiens qui,
comme Thiers et Lamartine, ont fait revenir Saint-Just la veille même du 9 thermidor. (Voy. notre

Histoire de Saint-Just
, liv. V, ch. v.)]

[Note 172: Séance des Jacobins du 23 messidor (11 juillet 1794).]

IX

L'horreur de Maximilien pour les injustices commises envers les particuliers, son indignation contre ceux
qui se servaient des lois révolutionnaires contre les citoyens non coupables ou simplement égarés,

éclatèrent d'une façon toute particulière aux Jacobins dans la séance du 21 messidor (9 juillet 1794). Rien

de plus rare, à son sens, que la défense généreuse des opprimés quand on n'en attend aucun profit. Or, si

quelqu'un usa sa vie, se dévoua complètement à soutenir la cause des faibles, des déshérités, sans même

compter sur la reconnaissance des hommes, ce fut assurément lui. Ah! s'il eût été plus habile, s'il eût

prêté sa voix aux puissants de la veille, destinés à redevenir les puissants du lendemain, il n'y aurait pas

assez d'éloges pour sa mémoire; mais il voulait le bonheur de tous dans la liberté et dans l'égalité; il ne

voulait pas que la France devînt la proie de quelques misérables qui dans la Révolution ne voyaient qu'un

moyen de fortune; il ne voulait pas que certains fonctionnaires trop zélés multipliassent les actes

< page précédente | 67 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.