bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

Collot-d'Herbois un rapprochement étrange, dont la malignité des ennemis de la Révolution ne pouvait
manquer de tirer parti.

[Note 95: Rapport d'Élie Lacoste, séance du 26 prairial (Moniteur du 27 [15 juin 1794]).]

Y eut-il préméditation de la part du comité de Sûreté générale, et voulut-il, en effet, comme le prétend un
historien de nos jours [96], placer ces femmes royalistes au milieu des assassins de Robespierre «pour

que leur exécution l'assassinât moralement»? Je ne saurais le dire; mais ce qu'il est impossible d'admettre,

c'est qu'Élie Lacoste ait obéi au même sentiment en impliquant dans son rapport comme complices du

baron de Batz les quatre administrateurs de police Froidure, Dangé, Soulès et Marino, compromis depuis

longtemps déjà, et qui se trouvaient en prison depuis le 9 germinal (29 mars 1794) quand

Fouquier-Tinville les joignit aux accusés renvoyés devant le tribunal révolutionnaire sur le rapport de

Lacoste.

[Note 96: Michelet, Histoire de la Révolution, t. VIII, p. 358.]

A la suite de ce rapport, la Convention nationale chargea, par un décret, l'accusateur public de rechercher
tous les complices de la conspiration du baron de Batz ou de l'étranger qui pourraient être disséminés

dans les maisons d'arrêt de Paris ou sur les différents points de la République. Voilà le décret qui donna

lieu aux grandes fournées de messidor, qui permit à certaines gens de multiplier les actes d'oppression

qu'on essayera de mettre à la charge de Robespierre, et contre lesquels nous l'entendrons s'élever avec

tant d'indignation.

III

Si l'affaire des Chemises rouges ne fut pas positivement dirigée contre Robespierre, on n'en
saurait dire autant de celle dont le lendemain, 27 prairial (15 juin 1794), Vadier vint présenter le rapport à

la Convention nationale.

Parce qu'un jour, aux Jacobins, Maximilien avait invoqué le nom de la Providence, parce qu'il avait
dénoncé comme impolitiques d'abord, et puis comme souverainement injustes, les persécutions dirigées

contre les prêtres en général et les attentats contre la liberté des cultes, les Girondins, l'avaient autrefois

poursuivi de leurs épigrammes les plus mordantes, et ils s'étaient ingéniés pour faire de ce propre fils de

Rousseau et du rationalisme ... un prêtre. On a dit, il y a longtemps, que le ridicule tue en France, et l'on

espérait tuer par le ridicule celui dont la vie privée et la vie publique étaient au-dessus de toute attaque.

Copistes et plagiaires des Girondins, les Thermidoriens imaginèrent de transformer en une sorte de

messie d'une secte d'illuminés l'homme qui, réagissant avec tant de courage contre l'intolérance des

indévots, venait à la face de l'Europe de faire, à la suite du décret relatif à l'Être suprême, consacrer par la

Convention la pleine et entière liberté des cultes[97].

[Note 97: Dans le chapitre de son Histoire, consacré à Catherine Théot, M. Michelet procède à la
fois des Girondins et des Thermidoriens. Il nous montre d'abord Robespierre tenant sur les fonts de

baptême l'enfant d'un jacobin catholique, et obligé de promettre que l'enfant serait catholique. (P.

365.) Ici M. Michelet ne se trompe que de deux ans et demi; il s'agit, en effet, de l'enfant de Deschamp,

dont Robespierre fut parrain en janvier 1792. Puis, parce que, dans une lettre en date du 30 prairial, un

vieillard de quatre-vingt-sept ans écrit à Robespierre qu'il le regarde comme le Messie promis par l'Être

éternel pour réformer toute chose (numéro XII, à la suite du rapport de Courtois), M. Michelet assure

que plusieurs lettres lui venaient qui le déclaraient un messie. Puis il nous parle d'une foule de

femmes ayant chez elles son portrait appendu comme image sainte. Il nous montre des généraux,

< page précédente | 47 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.