bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

la part du comité un coup de maître, ont supposé quelques écrivains; on voulait semer à la fois
l'indignation et la pitié: voilà bien des malheureux immolés pour Robespierre! ne manquerait-on pas de

s'écrier. - Pourquoi pas pour Collot-d'Herbois? - Ce qu'il y a seulement de certain, c'est que les conjurés

faisaient circuler ça et là dans les groupes des propos atroces au sujet de la fille Renault. C'était, sans

doute, insinuait-on, une affaire d'amourette, et elle n'avait voulu attenter aux jours du dictateur

que parce qu'il avait fait guillotiner son amant[89]. Ah! les Thermidoriens connaissaient, comme les

Girondins, la sinistre puissance de la calomnie!

[Note 89: Discours de Robespierre à la séance du 13 messidor aux Jacobins. Moniteur du 17
messidor (5 juillet 1794).]

II

Une des plus atroces calomnies inventées par les écrivains de la réaction est à coup sûr celle à laquelle a
donné lieu le supplice de la famille de Saint-Amaranthe, comprise tout entière dans le procès des

chemises rouges
. Le malheur de ces écrivains sans pudeur et sans foi est de ne pouvoir pas même
s'entendre. Les uns ont attribué à Saint-Just la mort de cette famille. Nous avons démontré ailleurs la

fausseté et l'infamie de cette allégation[90]. Les autres, en ont rejeté la responsabilité sur Maximilien.

Leur récit vaut la peine d'être raconté; il n'est pas mauvais de flétrir les calomniateurs par la seule

publicité de leurs oeuvres de mensonge.

[Note 90: Voyez notre Histoire de Saint-Just, liv. V, ch. II.]

Suivant eux, Robespierre se serait laissé mener un soir dans la maison de Mme de Saint-Amaranthe par
Trial, artiste du théâtre des Italiens. Là, il aurait soupé, se serait enivré, et «au milieu des fumées du vin»,

il aurait laissé échapper «de redoutables secrets»[91]. D'où la nécessité pour lui de vouer à la mort tous

ceux dont l'indiscrétion aurait pu le compromettre. Le beau moyen, en vérité, et comme si ce n'eût pas été

là, au contraire, le cas de les faire parler. On a honte d'entretenir le lecteur de pareilles inepties.

[Note 91: Il faut lire les Mémoires du comédien Fleury, qui fut le commensal de la maison de Mme de
Saint-Amaranthe, pour voir jusqu'où peuvent aller la bêtise et le cynisme de certains écrivains. Ces

Mémoires (6 vol. in-8°) sont l'oeuvre d'un M. Laffitte, qui les a, pensons-nous, rédigés sur quelques notes

informes de M. Fleury.]

Au reste, les artisans de calomnies, gens d'ordinaire fort ignorants, manquent rarement de fournir
eux-mêmes quelque preuve de leur imposture. C'est ainsi que, voulant donner à leur récit un certain

caractère de précision, les inventeurs de cette fameuse scène où le «monstre se serait mis en pointe de

vin» l'ont placée dans le courant du mois de mai. Or Mme de Saint-Amaranthe avait été arrêtée dès la fin

de mars et transférée à Sainte-Pélagie le 12 germinal (1er avril 1794)[92]. Quant à l'acteur Trial, il était si

peu l'un des familiers de Robespierre, qu'il fut, au lendemain de Thermidor, un des membres de la

commune régénérée, et qu'il signa comme tel les actes de décès des victimes de ce glorieux coup d'État.

Du reste, il opposa toujours le plus solennel démenti à la fable ignoble dans laquelle on lui donna le rôle

d'introducteur[93].

[Note 92: Archives de la préfecture de police.]

[Note 93: Parmi les écrivains qui ont propagé cette fable, citons d'abord les rédacteurs de l'Histoire de
la Révolution, par deux amis de la liberté
, livre où tous les faits sont sciemment dénaturés et dont les
auteurs méritent le mépris de tous les honnêtes gens. Citons aussi Nougaret, Beuchot, et surtout Georges

< page précédente | 45 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.