bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

[Note 82: Consultez à cet égard le discours de Saint-Just au 9 thermidor.]

[Note 83: C'est le chiffre donné par Lecointre; on l'a élevé jusqu'à soixante.]

[Note 84: Discours du 8 thermidor, p. 8.]

La vérité est que des listes couraient, dressées non point par les partisans de Robespierre, mais par ses
plus acharnés ennemis. En mettant sur ces listes les noms des Voulland, des Vadier, des Panis, on

entraîna sans peine le comité de Sûreté générale, dont les membres, à l'exception de deux ou trois, étaient

depuis longtemps fort mal disposés envers Robespierre; mais on n'eut pas si facilement raison du comité

de Salut public, qui continua de surveiller les conjurés pendant tout le courant de messidor, comme nous

en avons la preuve par les rapports de police, où nous trouvons le compte rendu des allées et venues des

Bourdon (de l'Oise), Tallien et autres. Le prétendu espionnage organisé par Robespierre est, nous le

démontrerons bientôt, une fable odieuse et ridicule inventée par les Thermidoriens. Malgré les divisions

nées dans les derniers jours de prairial entre Maximilien et ses collègues du comité, ceux-ci hésitèrent

longtemps, jusqu'à la fin de messidor, à l'abandonner; un secret pressentiment semblait les avertir qu'en le

livrant à ses ennemis, ils livraient la République elle-même. Ils ne consentirent à le sacrifier que lorsqu'ils

le virent décidé à mettre fin à la Terreur exercée comme elle l'était et à en poursuivre les criminels

agents.

A Fouché revient l'honneur infâme d'avoir triomphé de leurs hésitations. A la séance du 9 thermidor,
Collot-d'Herbois prétendit qu'il était resté deux mois sans voir Fouché[85]. Mais c'était là une allégation

mensongère, s'il faut s'en rapporter à la déclaration de Fouché lui-même, qui ici n'avait aucun intérêt à

déguiser la vérité: «J'allai droit à ceux qui partageaient le gouvernement de la Terreur avec Robespierre,

et que je savais être envieux et craintifs de son immense popularité. Je révélai à Collot-d'Herbois,

à Carnot, à Billaud de Varenne les desseins du moderne Appius». Les démarches du futur duc

d'Otrante réussirent au delà de ses espérances, car le 30 messidor, il pouvait écrire à son beau-frère, à

Nantes: «Soyez tranquille sur l'effet des calomnies atroces lancées contre moi; je n'ai rien à dire contre

les autheurs, ils m'ont fermé la bouche. Mais le gouvernement prononcera entre eux et moi.

Comptez sur la vertu de sa justice[86].»

[Note 85: Moniteur du 12 thermidor (30 juillet 1794).]

[Note 86: Lettre saisie à Nantes par le représentant Bô, et envoyée au comité de Salut public, auquel elle
ne parvint qu'au lendemain de Thermidor. L'original est aux Archives.]

Que le futur duc d'Otrante ait trouvé dans Billaud-Varenne et dans Carnot des envieux de l'immense
popularité de Robespierre, cela est possible; mais dans Collot-d'Herbois il rencontrait un complice, c'était

mieux. En entendant Maximilien demander compte à Fouché de l'effusion de sang répandu par le crime

Collot se crut menacé lui-même, et il conclut un pacte avec son complice de Lyon; il y avait entre eux la

solidarité du sang versé.

CHAPITRE TROISIÈME

Affaire des chemises rouges. - La famille Saint-Amaranthe. - Affaire de Catherine Théot. - Que
Robespierre ne déserta point le comité. - De sa retraite toute morale. - Le bureau de police général. -

Rapports avec le tribunal révolutionnaire. - Fouquier-Tinville et Robespierre. - Trames contre

Robespierre. - La proclamation du duc d'York. - Explications aux Jacobins. - Appel à la justice et à la

probité. - Violente apostrophe contre Fouché.

< page précédente | 43 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.