bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

longtemps sourd aux gémissements dont les échos montaient incessamment vers lui: «Ami de la liberté,
défenseur intrépide des droits du peuple», lui écrivait encore un patriote de Lyon, «c'est à toi que je

m'adresse, comme au républicain le plus intact. Cette ville fut le théâtre de la contre-révolution et déjà la

plupart des scélérats ne respirent plus.... Mais malheureusement beaucoup d'innocents y sont compris....

Porte ton attention, et promptement, car chaque jour en voit périr.... Le tableau que je te fais est vrai et

impartial, et on en fait beaucoup de faux.... Mon ami ... on attend de toi la justice à qui elle est due, et que

cette malheureuse cité soit rendue à la République.... Dans tes nombreuses occupations, n'oublie pas

celle-ci[68].» Le 7 germinal (27 mars 1794), c'est-à-dire moins de quinze jours après la réception de la

lettre où Fouché parlait de lancer sous la foudre les derniers complices de la révolte lyonnaise,

Robespierre le faisait brusquement rappeler par un ordre du comité de Salut public[69].

[Note 67: Lettre citée par Courtois, à la suite de son rapport, sous le numéro XXV.]

[Note 68: Lettre non citée par Courtois. L'original est aux Archives, F 7, 4435, liasse O.]

[Note 69: Arrêté signé: Robespierre, Carnot, Collot-d'Herbois, Billaud-Varenne, Barère, C.-A. Prieur,
Saint-Just et Couthon. Il est tout entier de la main de Robespierre. Archives, A F, II. 58.]

A peine de retour à Paris, Fouché courut chez Maximilien pour avoir une explication. Charlotte était
présente à l'entrevue. Voici en quels termes elle a elle-même raconté cette scène: «Mon frère lui demanda

compte du sang qu'il avait fait couler et lui reprocha sa conduite avec une telle énergie d'expression que

Fouché était pâle et tremblant. Il balbutia quelques excuses, et rejeta les mesures cruelles qu'il avait

prises sur la gravité des circonstances. Robespierre lui répondit que rien ne pouvait justifier les cruautés

dont il s'était rendu coupable; que Lyon, il est vrai, avait été en insurrection contre la Convention

nationale, mais que ce n'était pas une raison pour faire mitrailler en masse des ennemis désarmés.» A

partir de ce jour, le futur duc d'Otrante, le futur ministre de la police impériale, devint le plus

irréconciliable ennemi de Robespierre.

IX

Dès le 23 prairial (11 juin 1794), une réclamation de la société populaire de Nevers fournit à Maximilien
l'occasion d'attaquer très énergiquement Fouché au club des Jacobins, dont Fouché lui-même était alors

président. Les pétitionnaires se plaignaient des persécutions et des exécutions dont les patriotes étaient

victimes dans ce département où Fouché avait été en mission. Celui-ci rejeta tout sur Chaumette, frappé

après Hébert et Danton.

«Il ne s'agit pas, s'écria Robespierre, de jeter à présent de la boue sur la tombe de Chaumette.... Il en est
d'autres qui paraissent tout de feu pour défendre le comité de Salut public et qui aiguisent contre lui les

poignards.» C'était l'heure, ne l'oublions pas, où s'ourdissait contre Maximilien la plus horrible des

machinations, et déjà sans doute Robespierre soupçonnait Fouché d'en être l'agent le plus actif. Quant à

lui, ne séparant pas sa cause de celle de la Convention nationale et du gouvernement, dont elle était le

centre, disait-il, il engageait fortement les vrais patriotes, ceux qui, dans la carrière de la Révolution,

n'avaient cherché que le bien public, à se rallier autour de l'Assemblée et du comité de Salut public, à se

tenir plus que jamais sur leurs gardes et à étouffer les clameurs des intrigants. Aux patriotes opprimés il

promit la protection du gouvernement, résolu à combattre de tout son pouvoir la vertu persécutée. «La

première des vertus républicaines», s'écria-t-il en terminant, «est de veiller pour l'innocence. Patriotes

purs, on vous fait une guerre à mort, sauvez-vous, sauvez-vous avec les amis de la liberté». Cette rapide

et éloquente improvisation fut suivie d'une violente explosion d'applaudissements. Fouché, atterré,

balbutia à peine quelques mots de réponse[70].

< page précédente | 39 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.