bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

deux patriotes, agents du comité de Salut public. Je demande que la Convention ouvre enfin les yeux sur
les hommes qui veulent l'avilir et l'égarer. Mais, citoyens, nous nous tiendrons unis; les conspirateurs

périront et la patrie sera sauvée.» Oui, oui! s'écria-t-on de toutes parts au milieu des plus vifs

applaudissements[37].

[Note 37: Voyez, pour cette séance, le Moniteur du 26 prairial (14 juin 1794), et le Journal
des débats et des décrets de la Convention
, numéros 630 et 631.]

Or, les paroles de Billaud-Varenne prouvent surabondamment deux choses: d'abord, que ce jour-là, 24
prairial (12 juin 1794), la désunion n'avait pas encore été mise au sein du comité de Salut public; ensuite

que les rapports de police n'étaient pas adressés à Robespierre particulièrement, mais bien au comité tout

entier. On sentira tout à l'heure l'importance de cette remarque.

Barère prit ensuite la parole pour insister sur la suppression du considérant voté la veille, sur la demande
de Merlin (de Douai), aux intentions duquel lui aussi, du reste, s'empressa de rendre hommage;

seulement ce considérant lui paraissait une chose infiniment dangereuse pour le gouvernement

révolutionnaire, parce qu'il était de nature à faire croire aux esprits crédules que l'intention du comité

avait été de violer une des lois fondamentales de la Convention. Et, afin d'entraîner l'Assemblée, il cita

les manoeuvres indignes auxquelles nos ennemis avaient recours pour décrier la Révolution et ses plus

dévoués défenseurs. Il donna notamment lecture de certains extraits d'une feuille anglaise, intitulée

l'Étoile
(the Star), envoyée de Brest par Prieur (de la Marne), feuille pleine de calomnies
atroces contre les hommes de la Révolution, contre Jean-Bon Saint-André, entre autres, et dans laquelle

on rendait compte d'un bal masqué récemment donné à Londres au Ranelagh. A ce bal, une femme,

déguisée en Charlotte Corday, sortie du tombeau et tenant à la main un poignard sanglant, avait poursuivi

toute la nuit un individu représentant Robespierre, qu'elle jurait de maratiser en temps et lieu. A

cette citation, un mouvement d'horreur se produisit dans l'Assemblée. Jouer à l'assassinat des républicains

français, c'étaient là distractions de princes et d'émigrés.

Ce n'était pas la Terreur qu'on voulait tuer en Robespierre, c'était la République elle-même. Après avoir
flétri ces odieux passe-temps de l'aristocratie et montré le sort réservé par nos ennemis aux membres du

gouvernement révolutionnaire, Barère termina en demandant le rapport du considérant de la veille et

l'ordre du jour sur toutes les motions faites à propos du décret concernant le tribunal révolutionnaire. Ce

que l'Assemblée vota au milieu des plus vifs applaudissements[38].

[Note 38: Moniteur du 26 prairial an II.]

Tout cela est-il assez clair, et persistera-t-on à représenter le décret de prairial comme ayant été soumis à
la Convention sans qu'il ait eu l'assentiment de tous les membres du comité? L'opposition dont il fut

l'objet de la part de deux ou trois représentants vint des moins nobles motifs et naquit d'appréhensions

toutes personnelles. Quant à l'esprit général du décret, il eut l'assentiment général; pas une voix ne

réclama, pas une objection ne fut soulevée. La responsabilité de cette loi de prairial ne revient donc pas

seulement à Robespierre ou à Couthon en particulier, ou au comité de Salut public, mais à la Convention

nationale tout entière, qui l'a votée comme une loi de salut.

VI

Est-il vrai que, dès le lendemain même du jour où cette loi fut votée, c'est-à-dire le 25 prairial,
Robespierre ait, en plein comité, demandé la mise en accusation ou, comme on dit, les têtes de Fouché,

de Tallien et de sept de leurs amis, et que le refus de ses collègues amena sa retraite volontaire du

< page précédente | 30 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.