bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

n'avait-elle pas réclamé du comité une loi plus étendue encore que celle qu'on présentait aujourd'hui?
Pourquoi donc un ajournement? La loi n'était-elle pas entièrement en faveur des patriotes et des amis de

la liberté? Était-il naturel de venir élever une sorte de barrière entre des hommes également épris de

l'amour de la République? - Dans la résistance au décret, Maximilien avait bien aperçu la main des

ennemis du comité de Salut public; ce n'étaient pas encore les siens seulement. - Aussi se plaignit-il de

voir une coalition se former contre un gouvernement qui se dévouait au salut de la patrie. «Citoyens, on

veut vous diviser». - Non, non, s'écria-t-on de toutes parts, on ne nous divisera pas. - «Citoyens, reprit

Robespierre, on veut vous épouvanter.» Il rappela alors que c'était lui qui avait sauvé une partie de la

Convention des poignards aiguisés contre elle par des hommes animés d'un faux zèle. «Nous nous

exposons aux assassins particuliers pour poursuivre les assassins publics», ajouta-t-il. «Nous voulons

bien mourir, mais que la Convention et la patrie soient sauvées!»

Bourdon (de l'Oise) protesta que ni lui ni ses amis ne voulaient entraver la marche de la justice nationale
- ce qui était parfaitement vrai - à la condition qu'elle ne les atteignît pas. - Il proposa donc à l'Assemblée

de voter, dès à présent, l'article relatif aux jurés, et d'ajourner quant au reste. Robespierre insista pour que

le projet de loi fût voté article par article et séance tenante, ce qui fut aussitôt décrété. Cela, certes,

témoigne de l'influence de Maximilien sur la Convention à cette époque; mais cette influence, toute

morale, ne lui donnait pas un atome de plus de pouvoir réel, et nous le verrons bientôt se dépouiller

volontairement, en quelque sorte, de ses fonctions de membre du comité de Salut public, quand il se

trouvera dans l'impuissance d'empêcher les maux auxquels il aurait voulu remédier. Les articles du projet

de loi furent successivement adoptés, après une courte discussion et sans changements notables.

Ce jour-là même expiraient les pouvoirs du comité de Salut public; Couthon en prévint l'Assemblée, le
comité ne pouvant continuer de les exercer sans l'assentiment de la Convention nationale, laquelle, du

reste, s'empressa, suivant sa coutume, d'en voter le renouvellement. La Convention votait-elle ici sous

une pression quelconque? Oui, sous l'impérieuse nécessité du salut public, qui lui commandait de ne pas

rompre en ce moment l'unité du gouvernement. Mais était-elle terrorisée, comme l'ont prétendu

tant d'écrivains? En aucune façon, car le comité de Salut public n'avait pas un soldat pour la forcer à

voter, et il était aussi facile à l'Assemblée de briser l'homogénéité du comité au 22 prairial qu'au 9

thermidor. Soutenir le contraire, en se prévalant de quelques lâches déclarations, c'est gratuitement jeter

l'insulte à une Assemblée à la majorité de laquelle on ne saurait refuser une grande âme et un grand

coeur.

V

Aucun membre de la droite ou du centre, ne se leva pour protester contre la loi nouvelle. Seuls, quelques
membres, qui se croyaient menacés, virent dans certains articles du décret une atteinte aux droits de

l'Assemblée. Mais ils ne se demandèrent pas si dans ce décret de prairial certaines règles de la justice

éternelle n'étaient point violées; ils ne se demandèrent pas si l'on avait laissé intactes toutes les garanties

dont doit être entouré l'accusé; non, ils songèrent à eux, uniquement à eux. De l'humanité, ils avaient bien

souci!

Dès le lendemain, profitant de l'absence du comité de Salut public, - Voulland occupait le fauteuil - ils
jetèrent les hauts cris presque au début de la séance conventionnelle. En vain Robespierre avait-il affirmé

que le comité n'avait jamais entendu rien innover en ce qui concernait les représentants du peuple[33], il

leur fallait un décret pour être rassurés. Bourdon (de l'Oise) manifesta hautement ses craintes et demanda

que les représentants du peuple arrêtés ne pussent être traduits au tribunal révolutionnaire sans un décret

préalable d'accusation rendu contre eux par l'Assemblée. Aussitôt, le député Delbrel protesta contre les

< page précédente | 27 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.