bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

bourreau quand Robespierre, devenu, depuis le mois de juillet, membre du comité de Salut public,
s'élança à la tribune. En quelques paroles énergiques, il montra combien il serait injuste et impolitique de

livrer au bourreau les signataires dont on venait de voter l'arrestation, et dont la plupart étaient des

hommes de bonne foi, qui n'avaient été qu'égarés.

L'Assemblée, ramenée à de tout autres sentiments, ne resta pas sourde à ce langage généreux, et, au
milieu des applaudissements décernés au courageux orateur, elle se rangea à son avis. Les soixante-treize

étaient sauvés.

Les témoignages de reconnaissance n'ont pas manqué à Robespierre, témoignages que les Thermidoriens
avaient eu grand soin de dissimuler. Fort heureusement nous avons pu les faire revenir au jour. Je me

contenterai d'en citer quelques-uns.

«Citoyen notre collègue, lui écrivaient, au nom de leurs compagnons d'infortune, le 29 nivôse an II, les
députés Hecquet, Queinec, Arnault, Saint-Prix, Blad et Vincent, nous avons emporté, du sein de la

Convention et dans notre captivité, un sentiment profond de reconnaissance, excité par l'opposition

généreuse que tu formas le 3 octobre, à l'accusation proposée contre nous. La mort aura flétri notre coeur

avant que cet acte de bienfaisance en soit effacé.»

Écoutez Garilhe, député de l'Ardèche à la Convention: «La loyauté, la justice et l'énergie que vous avez
développées le 3 octobre, en faveur des signataires de la déclaration du 6 juin, m'ont prouvé que, de

même que vous savez, sans autre passion que celle du bien public, employer vos talents à démasquer les

traîtres, de même vous savez élever votre voix avec courage en faveur de l'innocent trompé. Cette

conduite généreuse m'inspire la confiance de m'adresser à vous....»

Lisez enfin ces quelques lignes écrites de la Force à la date du 3 messidor an II (21 juin 1794),
c'est-à-dire un peu plus d'un mois avant le 9 thermidor, et signées de trente et un Girondins: «Citoyen, tes

collègues détenus à la Force t'invitent à prendre connaissance de la lettre dont ils t'envoient copie. Ils

espèrent que, conséquemment à tes principes, tu l'appuieras. Quoique nous te devions beaucoup, nous ne

te parlerons point de notre reconnaissance, il suffit de demander justice à un républicain tel que toi.»

Combien y en a-t-il qui, après Thermidor, se souviendront de ce cri de reconnaissance? C'est triste à dire,
mais beaucoup, comme Boissy-d'Anglas, qui comparait alors Robespierre à Orphée, feront chorus avec

les calomniateurs de celui qui les avait arrachés à la mort.

VI

C'était le temps où, suivant l'expression du général Foy, la France accomplissait son colossal effort. Sans
doute, on peut maudire les sévérités de 1793, mais il est impossible de ne pas les comprendre. Croit-on

que c'est avec des ménagements que la République serait parvenue à rejeter l'Europe coalisée et les

émigrés en armes au delà du Rhin, à écraser la Vendée, à faire rentrer sous terre l'armée des

conspirateurs? Comme tous ses collègues du comité de Salut public et de la Convention, Robespierre

s'associa à toutes les mesures inflexibles que commandait la situation.

Mais, plus que ses collègues du comité, il eut le courage de combattre les excès inutiles, ce qu'il appelait
«l'exagération systématique des faux patriotes» et les fureurs anarchiques si propres à déconsidérer la

Révolution française. «La sagesse seule peut fonder une République, disait-il, le 27 brumaire (17

novembre 1793), à la Convention. Soyez dignes du peuple que vous représentez; le peuple hait tous les

excès.»

< page précédente | 15 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.