bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

elles-mêmes leurs propres affaires en tout ce qui ne tient point essentiellement à l'administration générale
de la République; rendez à la liberté individuelle tout ce qui n'appartient pas naturellement à l'autorité

publique, et vous aurez laissé d'autant moins de prise à l'ambition et à l'arbitraire.» Sages paroles, dont il

serait bien temps de s'inspirer.

Mais, à chaque instant, de nouvelles explosions interrompaient ces pacifiques discussions. Lorsque les
Girondins avaient proposé la mise en accusation de Marat pour ses écrits violents, Danton s'était écrié:

«N'entamez pas la Convention», et Robespierre avait également essayé de s'opposer à l'adoption d'un

décret qui devait être suivi, hélas! de bien d'autres décrets analogues. Les Girondins ne firent que

ménager à l'Ami du peuple un triomphe éclatant.

On sait comment ils finirent par sombrer dans les journées du 31 mai et du 2 juin, sous l'irrésistible
impulsion du peuple de Paris, qu'ils avaient exaspéré. Depuis huit mois qu'ils étaient en possession du

pouvoir, ils n'avaient su que troubler le pays et l'Assemblée par leurs haines implacables et leurs rancunes

immortelles. «Encore quelques mois d'un pareil gouvernement, a écrit leur chantre inspiré, et la France, à

demi conquise par l'étranger, reconquise par la contre-révolution, dévorée par l'anarchie, déchirée de ses

propres mains, aurait cessé d'exister et comme république et comme nation. Tout périssait entre les mains

de ces hommes de paroles. Il fallait ou se résigner à périr avec eux ou fortifier le gouvernement[5].

[Note 5: Les Girondins, par M. de Lamartine. T. VI, p. 155.]

Les journées des 31 mai et 2 juin, que trois mois après le 9 thermidor, Robert Lindet qualifiait encore de
«grandes, heureuses, utiles et nécessaires», ne coûtèrent pas une goutte de sang au pays, et

vraisemblablement les Girondins n'auraient pas été immolés, s'ils n'avaient point commis le crime de

soulever une partie de la France contre la Convention.

V

«La liberté ne sera point terrible envers ceux qu'elle a désarmés, s'était écrié Saint-Just, dans la séance du
8 juillet 1793, en terminant son rapport sur les Girondins décrétés d'accusation à la suite du 31 mai.

Proscrivez ceux qui ont fui pour prendre les armes ... non pour ce qu'ils ont dit, mais pour ce qu'ils ont

fait; jugez les autres et pardonnez au plus grand nombre, l'erreur ne doit pas être confondue avec le

crime, et vous n'aimez point à être sévères.»

Mais le décret, rendu à la suite de ce rapport, ne proscrivait que neuf représentants, qui s'étaient mis en
état de rébellion dans les départements de l'Eure, du Calvados et de Rhône-et-Loire, et ne frappait

d'accusation que les députés Gensonné, Guadet, Vergniaud, Gardien et Mollevault. Cela parut infiniment

trop modéré aux ardents de la Montagne, aux futurs Thermidoriens.

Le 3 octobre, Amar parut à la tribune pour donner lecture d'un nouveau rapport contre les Girondins, au
nom du comité de Sûreté générale. Quarante-six députés, cette fois, étaient impliqués dans l'affaire et

renvoyés devant le tribunal révolutionnaire. Mais ce n'était pas tout. Amar termina son rapport par la

lecture d'une protestation, restée secrète jusque-là, contre les événements des 31 mai et 2 juin, et portant

les signatures de soixante-treize membres de l'Assemblée, dont il réclama l'arrestation immédiate.

Cette mesure parut insuffisante à quelques membres qui, appuyés par le rapporteur, proposèrent, aux
applaudissements d'une partie de l'Assemblée, de décréter également d'accusation les soixante-treize

signataires de la protestation. C'était le glaive suspendu sur les têtes de ces malheureux. Où donc étaient

alors ceux qui, depuis, se sont donnés comme ayant voulu les sauver? L'Assemblée allait les livrer au

< page précédente | 14 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.