bibliotheq.net - littérature française
 

Ernest Hamel - Thermidor

place, mais aussitôt les chevaux en furent dételés et quelques citoyens s'attelèrent au fiacre, tenant à
honneur de le traîner eux-mêmes. Mais déjà Robespierre était descendu de la voiture; il rappela le peuple

au respect de sa propre dignité, et, accompagné de Pétion, il regagna à pied la demeure de son hôte,

salués l'un et l'autre, sur leur passage, de ces cris d'amour: «Voilà les véritables amis, les défenseurs des

droits du peuple.» Ici finit la période la plus heureuse et la moins connue de la vie de Robespierre.

III

Après être allé passer quelques semaines dans son pays natal, qu'il n'avait pas revu depuis deux ans, et où
il fut également l'objet d'une véritable ovation, il revint à Paris qu'il trouva en proie à une véritable fièvre

belliqueuse. Les Girondins, maîtres de l'Assemblée législative, y avaient prêché la guerre à outrance, et

leurs discours avaient porté au suprême degré l'exaltation des esprits.

Au risque de compromettre sa popularité, Robespierre essaya de calmer l'effervescence publique et de
signaler les dangers d'une guerre intempestive. La guerre, dirigée par une cour évidemment hostile aux

principes de la Révolution, lui semblait la chose la plus dangereuse du monde. Ce serait, dit-il, la guerre

de tous les ennemis de la Constitution française contre la Révolution, ceux du dedans et ceux du dehors.

«Peut-on, raisonnablement, ajouta-t-il, compter au nombre des ennemis du dedans la cour et les agents du

pouvoir exécutif? Je ne puis résoudre cette question, mais je remarque que les ennemis du dehors, les

rebelles français et ceux qui passent pour vouloir les soutenir, prétendent qu'ils ne sont les défenseurs que

de la cour de France et de la noblesse française.» Il parvint à ramener à son opinion la plus grande partie

des esprits; les Girondins ne le lui pardonnèrent pas, et ce fut là le point de départ de leur acharnement

contre lui.

La guerre se fit néanmoins. Mais ses débuts, peu heureux, prouvèrent combien Maximilien avait eu
raison de conseiller à la France d'attendre qu'elle fût attaquée avant de tirer elle-même l'épée du fourreau.

On vit alors Robespierre donner sa démission d'accusateur public, aimant mieux servir la Révolution
comme simple citoyen que comme fonctionnaire. Il fonda, sous le titre de Défenseur de la

Constitution
, un journal pour défendre cette Constitution, non pas contre les idées de progrès, dont il
avait été à la Constituante l'ardent propagateur, mais contre les entreprises possibles de la cour,

convaincu, dit-il, que le salut public ordonnait à tous les bons citoyens de se réfugier à l'abri de la

Constitution pour repousser les attaques de l'ambition et du despotisme. Il mettait donc au service de la

Révolution son journal et la tribune des Jacobins, dont il était un des principaux orateurs, se gardant bien,

du reste, d'être le flagorneur du peuple et n'hésitant jamais à lui dire la vérité.

Cela se vit bien aux Jacobins, le 19 mars 1792, quand le ministre girondin Dumouriez vint, coiffé du
bonnet rouge, promettre à la société de se conduire en bon patriote. Au moment où, la tête nue et les

cheveux poudrés, Robespierre se dirigeait vers la tribune pour lui répondre, un sans-culotte lui

mit un bonnet rouge sur la tête. Aussitôt il arracha le bonnet sacré et le jeta dédaigneusement à terre,

témoignant, par là, combien peu il était disposé à flatter bassement la multitude.

Dès le mois de juillet, il posa nettement, dans son journal et à la tribune des Jacobins, la question de la
déchéance et de la convocation d'une Convention nationale. «Est-ce bien Louis XVI qui règne? écrivit-il.

Non, ce sont tous les intrigants qui s'emparent de lui tour à tour. Dépouillé de la confiance publique, qui

seule fait la force des rois, il n'est plus rien par lui-même.»

«... Au-dessus de toutes les intrigues et de toutes les factions, la nation ne doit consulter que les principes
et ses droits. La puissance de la cour une fois abattue, la représention nationale régénérée, et surtout la

< page précédente | 11 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.