bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Nouveaux Contes à Ninon

tard. Cette anxiété lui gâtait un peu ses joies dévotes.

III

Le vicaire, avec des colères brusques qui le redressaient, les cheveux secoués, les poings en avant,
comme un homme en proie à l'esprit vengeur, grondait:

- Et surtout malheur à vous, pécheresses, si vous ne versez pas sur les pieds de Jésus le parfum de vos
remords, l'huile odorante de vos repentirs. Croyez-moi, tremblez et tombez à deux genoux sur la pierre.

C'est en venant vous enfermer dans le purgatoire de la pénitence, ouvert par l'Église pendant ces jours de

contrition universelle; c'est en usant les dalles sous vos fronts pâlis par le jeûne, en descendant dans les

angoisses de la faim et du froid, du silence et de la nuit, que vous mériterez le pardon divin, au jour

fulgurant du triomphe!

La petite baronne, tirée de sa préoccupation par ce terrible éclat, dodelina de la tête, lentement, comme
étant tout à fait de l'avis du prêtre courroucé. Il fallait prendre des verges, se mettre dans un coin bien

noir, bien humide, bien glacial, et là se donner le fouet; cela ne faisait pas de doute pour elle.

Puis, elle retomba dans ses songeries; elle se perdit au fond d'un bien-être, d'une extase attendrie. Elle
était assise à l'aise sur une chaise basse, à large dossier, et elle avait sous les pieds un coussin brodé, qui

lui empêchait de sentir le froid de la dalle. A demi renversée, elle jouissait de l'église, de ce grand

vaisseau où traînaient des vapeurs d'encens, dont les profondeurs, pleines d'ombres mystérieuses,

s'emplissaient d'adorables visions. La nef, avec ses tentures de velours rouge, ses ornements d'or et de

marbre, avec son air d'immense boudoir plein de senteurs troublantes, éclairé de clartés tendres de

veilleuse, clos et comme prêt pour des amours surhumains, l'avait peu à peu enveloppée du charme de ses

pompes. C'était la fête de ses sens. Sa jolie personne grasse s'abandonnait, flattée, bercée, caressée. Et sa

volupté venait surtout de se sentir si petite dans une si grande béatitude.

Mais à son insu, ce qui la chatouillait encore le plus délicieusement, c'était l'haleine tiède de la bouche de
chaleur ouverte presque sous ses jupes. Elle était très-frileuse, la petite baronne. La bouche de chaleur

soufflait discrètement ses caresses chaudes le long de ses bas de soie. Des assoupissements la prenaient,

dans ce bain d'une souplesse molle.

IV

Le vicaire était toujours en plein courroux. Il plongeait toutes les dévotes présentes dans l'huile bouillante
de l'enfer.

- Si vous n'écoutez pas la voix de Dieu, si vous n'écoutez pas ma voix qui est celle de Dieu lui-même, je
vous le dis en vérité, vous entendrez un jour vos os craquer d'angoisse, vous sentirez votre chair se fendre

sur des charbons ardents, et alors c'est en vain que vous crierez: «Pitié, Seigneur, pitié, je me repens!»

Dieu sera sans miséricorde, et du pied vous rejettera dans l'abîme!

A ce dernier trait, il y eut un frisson dans l'auditoire. La petite baronne, qu'endormait décidément l'air
chaud qui courait dans ses jupes, sourit vaguement. Elle connaissait beaucoup le vicaire, la petite

baronne. La veille, il avait dîné chez elle. Il adorait le pâté de saumon truffé, et le pomard était son vin

favori. C'était, certes, un bel homme, trente-cinq à quarante ans, brun, le visage si rond et si rose, qu'on

eût volontiers pris ce visage de prêtre pour la face réjouie d'une servante de ferme. Avec cela, homme du

monde, belle fourchette, langue bien pendue. Les femmes l'adoraient, la petite baronne en raffolait. Il lui

disait d'une voix si adorablement sucrée: «Ah! madame, avec une telle toilette, vous damneriez un saint.»

< page précédente | 18 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.