bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Nouveaux Contes à Ninon

Le lendemain et le surlendemain, le grand Michu fut terrible. Les paroles du maître d'étude l'avaient
frappé au coeur. Il nous soutint, il nous dit que nous serions des lâches si nous cédions. Maintenant, il

mettait tout son orgueil à montrer que, lorsqu'il le voulait, il ne mangeait pas.

Ce fut un vrai martyr. Nous autres, nous cachions tous dans nos pupitres du chocolat, des pots de
confiture, jusqu'à de la charcuterie, qui nous aidèrent à ne pas manger tout à fait sec le pain dont nous

emplissions nos poches. Lui, qui n'avait pas un parent dans la ville, et qui se refusait d'ailleurs de

pareilles douceurs, s'en tint strictement aux quelques croûtes qu'il put trouver.

Le surlendemain, le proviseur ayant déclaré que, puisque les élèves s'entêtaient à ne pas toucher aux
plats, il allait cesser de faire distribuer du pain, la révolte éclata, au déjeuner. C'était le jour des haricots à

la sauce blanche.

Le grand Michu, dont une faim atroce devait troubler la tête, se leva brusquement. Il prit l'assiette du
pion, qui mangeait à belles dents, pour nous narguer et nous donner envie, la jeta au milieu de la salle,

puis entonna la Marseillaise d'une voix forte. Ce fut comme un grand souffle qui nous souleva

tous. Les assiettes, les verres, les bouteilles, dansèrent une jolie danse. Et les pions, enjambant les débris,

se hâtèrent de nous abandonner le réfectoire. Le gringalet, dans sa fuite, reçut sur les épaules un plat de

haricots, dont la sauce lui fit une large collerette blanche.

Cependant, il s'agissait de fortifier la place. Le grand Michu fut nommé général. Il fit porter, entasser les
tables devant les portes. Je me souviens que nous avions tous pris nos couteaux à la main. Et la

Marseillaise
tonnait toujours. La révolte tournait à la révolution. Heureusement, on nous laissa à
nous-mêmes pendant trois grandes heures. Il paraît qu'on était allé chercher la garde. Ces trois heures de

tapage suffirent pour nous calmer.

Il y avait au fond du réfectoire deux larges fenêtres qui donnaient sur la cour. Les plus timides,
épouvantés de la longue impunité dans laquelle on nous laissait, ouvrirent doucement une des fenêtres et

disparurent. Ils furent peu à peu suivis par les autres élèves. Bientôt le grand Michu n'eut plus qu'une

dizaine d'insurgés autour de lui. Il leur dit alors d'une voix rude:

- Allez retrouver les autres, il suffit qu'il y ait un coupable.

Puis s'adressant à moi qui hésitais, il ajouta:

- Je te rends la parole, entends-tu!

Lorsque la garde eut enfoncé une des portes, elle trouva le grand Michu tout seul, assis tranquillement
sur le bout d'une table, au milieu de la vaisselle cassée. Le soir même, il fut renvoyé à son père. Quant à

nous, nous profitâmes peu de cette révolte. On évita bien pendant quelques semaines de nous servir de la

morue et des haricots. Puis, ils reparurent; seulement la morue était à la sauce blanche, et les haricots, à

la sauce rousse.

VI

Longtemps après, j'ai revu le grand Michu. Il n'avait pu continuer ses études. Il cultivait à son tour les
quelques bouts de terre que son père lui avait laissés en mourant.

- J'aurais fait, m'a-t-il dit, un mauvais avocat ou un mauvais médecin, car j'avais la tête bien dure. Il vaut
mieux que je sois un paysan. C'est mon affaire... N'importe, vous m'avez joliment lâché. Et moi qui

< page précédente | 16 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.