bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Le naturalisme au théâtre: les théories et les exemples

l'évolution fatale qui s'est accomplie, et la place considérable qu'ils tiennent légitimement aujourd'hui
dans notre littérature dramatique. Ils n'ont cessé depuis deux cents ans de marcher vers une exactitude de

plus en plus grande, du même pas d'ailleurs et au travers des mêmes obstacles que les costumes. A cette

heure, la vérité triomphe partout. Ce n'est pas que nous soyons arrivés à un emploi sage de cette vérité

des milieux. On sacrifie plus à la richesse et à l'étrangeté qu'à l'exactitude. Ce que je voudrais, ce serait,

chez les auteurs dramatiques, un souci du décor vrai, uniquement lorsque le décor explique et détermine

les faits et les personnages. Je reprends Eugénie Grandet, qui a été mise au théâtre, mais très

médiocrement; eh bien! il faudrait que, dès le lever du rideau, on se crût chez le père Grandet; il faudrait

que les murs, que les objets ajoutassent à l'intérêt du drame, en complétant les personnages comme le fait

la nature elle-même.

Tel est le rôle des décors. Ils élargissent le domaine dramatique en mettant la nature elle-même au
théâtre, dans son action sur l'homme. On doit les condamner, dès qu'ils sortent de cette fonction

scientifique, dès qu'ils ne servent plus à l'analyse des faits et des personnages. Ainsi, M. Sarcey a raison,

lorsqu'il blâme la magnificence avec laquelle on remonte les anciennes tragédies; c'est méconnaître leur

véritable cadre. Tout décor ajouté à une oeuvre littéraire comme un ballet, uniquement pour boucher un

trou, est un expédient fâcheux. Au contraire, il faut applaudir, lorsque le décor exact s'impose comme le

milieu nécessaire de l'oeuvre, sans lequel elle resterait incomplète et ne se comprendrait plus. Et, la

question se trouvant ainsi posée, il n'y a qu'à laisser la critique faire pour ou contre des campagnes qui ne

hâteront ni n'arrêteront l'évolution naturaliste au théâtre. Cette évolution est un travail humain et social

sur lequel des volontés isolées ne peuvent rien. Malgré son autorité, M. Sarcey ne nous ramènera pas aux

décors abstraits de Molière et de Shakespeare, pas plus qu'il ne peut ressusciter les artistes du

dix-septième siècle avec leurs costumes et le public de l'époque avec ses idées. Élargissez donc le chemin

et laissez passer l'humanité en marche.

LE COSTUME

I

Je viens de lire un bien intéressant ouvrage: l'Histoire du costume au théâtre, par M. Adolphe
Jullien.

Depuis bientôt quatre ans que je m'occupe de critique dramatique, me souciant moins des oeuvres que du
mouvement littéraire contemporain, me passionnant surtout contre les traditions et les conventions, j'ai

senti bien souvent de quelle utilité serait une histoire de notre théâtre national. Sans doute, cette histoire a

été faite, et plusieurs fois. Mais je n'en connais pas une qui ait été écrite dans le sens où je la voudrais, sur

le plan que je vais tâcher d'esquisser largement.

Je voudrais une Histoire de notre théâtre qui eût pour base, comme l'Histoire de la littérature
anglaise
, de M. Taine, le sol même, les moeurs, les moments historiques, la race et les facultés
maîtresses. C'est là aujourd'hui la meilleure méthode critique, lorsqu'on l'emploie sans outrer l'esprit de

système. Et cette Histoire montrerait alors clairement, en s'appuyant sur les faits, le lent chemin parcouru

depuis les Mystères jusqu'à nos comédies modernes, toute une évolution naturaliste, qui, partie des

conventions les plus blessantes et les plus grossières, les a peu à peu diminuées d'année en année, pour se

rapprocher toujours davantage des réalités naturelles et humaines. Tel serait l'esprit même de l'oeuvre,

l'ouvrage tendrait simplement à prouver la marche constante vers la vérité, une poussée fatale, un progrès

s'opérant à la fois dans les décors, les costumes, la déclamation, les pièces, et aboutissant à nos luttes

actuelles. Je souris, lorsqu'on m'accuse de me poser en révolutionnaire. Eh! je sais bien que la révolution

< page précédente | 40 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.