bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - Le naturalisme au théâtre: les théories et les exemples

Cependant, mon attitude d'homme de méthode et d'analyse a surpris et scandalisé mes confrères. Ils ont
prétendu que j'obéissais à de basses rancunes, que je salissais nos gloires pour me venger de mes chutes,

parlant de tout, de mes oeuvres particulièrement, à l'exception des pièces jouées.

Je n'ai qu'une façon de répondre: réunir mes articles et les publier. C'est ce que je fais. On verra, je
l'espère, qu'ils se tiennent et qu'ils s'expliquent, qu'ils sont à la fois une logique et une doctrine. Avec ces

fragments, bâclés à la hâte et sous le coup de l'actualité, mon ambition serait d'avoir écrit un livre. En

tout cas, telles sont mes idées sur notre théâtre, j'en accepte hautement la responsabilité.

Comme mes articles étaient nombreux, j'ai dû les répartir en deux volumes. Le naturalisme au
théâtre
n'est donc qu'une première série. La seconde: Nos auteurs dramatiques, paraîtra
prochainement.

E. Z.

LES THÉORIES

LE NATURALISME

I

Chaque hiver, à l'ouverture de la saison théâtrale, je suis pris des mêmes pensées. Un espoir pousse en
moi, et je me dis que les premières chaleurs de l'été ne videront peut-être pas les salles, sans qu'un auteur

dramatique de génie se soit révélé. Notre théâtre aurait tant besoin d'un homme nouveau, qui balayât les

planches encanaillées, et qui opérât une renaissance, dans un art que les faiseurs ont abaissé aux simples

besoins de la foule! Oui, il faudrait un tempérament puissant dont le cerveau novateur vînt révolutionner

les conventions admises et planter enfin le véritable drame humain à la place des mensonges ridicules qui

s'étalent aujourd'hui. Je m'imagine ce créateur enjambant les ficelles des habiles, crevant les cadres

imposés, élargissant la scène jusqu'à la mettre de plain-pied avec la salle, donnant un frisson de vie aux

arbres peints des coulisses, amenant par la toile de fond le grand air libre de la vie réelle.

Malheureusement, ce rêve, que je fais chaque année au mois d'octobre, ne s'est pas encore réalisé et ne se
réalisera peut-être pas de sitôt. J'ai beau attendre, je vais de chute en chute. Est-ce donc un simple souhait

de poète? Nous a-t-on muré dans cet art dramatique actuel, si étroit, pareil à un caveau où manquent l'air

et la lumière? Certes, si la nature de l'art dramatique interdisait cet envolement dans des formules plus

larges, il serait quand même beau de s'illusionner et de se promettre à toute heure une renaissance. Mais,

malgré les affirmations entêtées de certains critiques qui n'aiment pas à être dérangés dans leur criterium,

il est évident que l'art dramatique, comme tous les arts, a devant lui un domaine illimité, sans barrière

d'aucune sorte, ni à gauche ni à droite. L'infirmité, l'impuissance humaine seule est la borne d'un art.

Pour bien comprendre la nécessité d'une révolution au théâtre, il faut établir nettement où nous en
sommes aujourd'hui. Pendant toute notre période classique, la tragédie a régné en maîtresse absolue. Elle

était rigide et intolérante, ne souffrant pas une velléité de liberté, pliant les esprits les plus grands à ses

inexorables lois. Lorsqu'un auteur tentait de s'y soustraire, on le condamnait comme un esprit mal fait,

incohérent et bizarre, on le regardait presque comme un homme dangereux. Pourtant, dans cette formule

si étroite, le génie bâtissait quand même son monument de marbre et d'airain. La formule était née dans la

renaissance grecque et latine, les créateurs qui se l'appropriaient y trouvaient le cadre suffisant à de

grandes oeuvres. Plus tard seulement, lorsqu'arrivèrent les imitateurs, la queue de plus en plus grêle et

débile des disciples, les défauts de la formule apparurent, on en vit les ridicules et les invraisemblances,

l'uniformité menteuse, la déclamation continuelle et insupportable. D'ailleurs, l'autorité de la tragédie

< page précédente | 3 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.