bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - La Curée

hautes murailles. Mais, au-delà, l'enchantement commençait. L'estacade, étageant ses madriers, ses
contreforts de cathédrale gothique, et le pont de Constantine, léger, se balançant comme une dentelle

sous les pieds des passants se coupaient à angle droit, paraissaient barrer et retenir la masse énorme de la

rivière. En face, les arbres de la Halle aux vins, et plus loin les massifs du Jardin des plantes,

verdissaient, s'étalaient jusqu'à l'horizon: tandis que, de l'autre côté de l'eau, le quai Henri-IV et le quai de

la Rapée alignaient leurs constructions basses et inégales, leur rangée de maisons qui, de haut,

ressemblaient aux petites maisons de bois et de carton que les gamines avaient dans des boîtes.

Au fond, à droite, le toit ardoisé de la Salpêtrière bleuissait au-dessus des arbres. Puis, au milieu,
descendant jusqu'à la Seine, les larges berges pavées faisaient deux longues routes grises que tachait çà et

là la marbrure d'une file de tonneaux, d'un chariot attelé, d'un bateau de bois ou de charbon vidé à terre.

Mais l'âme de tout cela, l'âme qui emplissait le paysage, c'était la Seine, la rivière vivante; elle venait de

loin, du bord vague et tremblant de l'horizon, elle sortait de là-bas, du rêve, pour couler droit aux enfants,

dans sa majesté tranquille, dans son gonflement puissant, qui s'épanouissait, s'élargissait en nappe à leurs

pieds, à la pointe de l'île. Les deux ponts qui la coupaient, le pont de Bercy et le pont d'Austerlitz,

semblaient des arrêts nécessaires, chargés de la contenir, de l'empêcher de monter jusque dans la

chambre. Les petites aimaient la géante, elles s'emplissaient les yeux de sa coulée colossale, de cet

éternel flot grondant qui roulait vers elles, comme pour les atteindre, et qu'elles sentaient se fendre et

disparaître à droite et à gauche, dans l'inconnu, avec une douceur de titan dompté. Par les beaux jours,

par les matinées de ciel bleu, elles se trouvaient ravies des belles robes de la Seine; c'étaient des robes

changeantes qui passaient du bleu au vert, avec mille teintes d'une délicatesse infinie; on aurait dit de la

soie mouchetée de flammes blanches, avec des ruches de satin ; et les bateaux qui s'abritaient aux deux

rives la bordaient d'un ruban de velours noir. Au loin, surtout, l'étoffe devenait admirable et précieuse,

comme la gaze enchantée d'une tunique de fée; après la bande de Satin gros vert, dont l'ombre des ponts

serrait la Seine, il y avait des plastrons d'or, des pans d'une étoffe plissée couleur de soleil. Le ciel

immense, sur cette eau, ces files basses de maisons, ces verdures des deux parcs, se creusait.

Parfois Renée, lasse de cet horizon sans bornes, grande déjà et rapportant du pensionnat des curiosités
charnelles, jetait un regard dans l'école de natation des bains Petit, dont le bateau se trouve amarré à la

pointe de l'île. Elle cherchait à voir, entre les linges flottants pendus à des ficelles en guise de plafond, les

hommes en caleçon dont on apercevait les ventres nus.

PARTIE III

- - - - -

Maxime resta au collège de Plassans jusqu'aux vacances de 1854. Il avait treize ans et quelques mois, et
venait d'achever sa cinquième. Ce fut alors que son père se décida à le faire venir à Paris. Il songeait

qu'un fils de cet âge le poserait, l'installerait définitivement dans son rôle de veuf remarié, riche et

sérieux. Lorsqu'il annonça son projet à Renée, à l'égard de laquelle il se piquait d'une extrême galanterie,

elle lui répondit négligemment:

- C'est cela, faites venir le gamin... Il nous amusera un peu. Le matin, on s'ennuie à mourir.

Le gamin arriva huit jours après. C'était déjà un grand galopin fluet, à figure de fille, l'air délicat et
effronté, d'un blond très doux. Mais comme il était fagoté, grand Dieu! Tondu jusqu'aux oreilles, les

cheveux si ras que la blancheur du crâne se trouvait à peine couverte d'une ombre légère, il avait un

pantalon trop court, des souliers de charretier, une tunique affreusement râpée, trop large, et qui le rendait

presque bossu. Dans cet accoutrement, surpris des choses nouvelles qu'il voyait, il regardait autour de lui,

< page précédente | 51 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.