bibliotheq.net - littérature française
 

Émile Zola - La Curée

chevelures nues qui volaient, qui tourbillonnaient, prises, jetées et reprises, au fond de cette galerie, où la
valse de l'orchestre s'affolait, où les tentures rouges se pâmaient sous les fièvres dernières du bal, lui

apparurent comme l'image tumultueuse de sa vie à elle, de ses nudités, de ses abandons. Et elle éprouva

une telle douleur, en pensant que Maxime, pour prendre la bossue entre ses bras, venait de la jeter là, à

cette place où ils s'étaient aimés, qu'elle rêva d'arracher une tige du Tanghin qui lui frôlait la joue, de la

mâcher jusqu'au bois. Mais elle était lâche, elle resta devant l'arbuste à grelotter sous la fourrure que ses

bras ramenaient, serraient étroitement, avec un grand geste de honte terrifiée.

PARTIE VII

- - - - -

Trois mois plus tard, par une de ces tristes matinées de printemps qui ramènent dans Paris le jour bas et
l'humidité sale de l'hiver, Aristide Saccard descendait de voiture, place du Château-d'Eau, et s'engageait

avec quatre autres messieurs, dans la trouée de démolitions que creusait le futur boulevard du

Prince-Eugène. C'était une commission d'enquête que le jury des indemnités envoyait sur les lieux pour

estimer certains immeubles, dont les propriétaires n'avaient pu s'entendre à l'amiable avec la Ville.

Saccard renouvelait le coup de fortune de la rue de la Pépinière. Pour que le nom de sa femme disparût
complètement, il imagina d'abord une vente des terrains et du café-concert. Larsonneau céda le tout à un

créancier supposé. L'acte de vente portait le chiffre colossal de trois millions. Ce chiffre était tellement

exorbitant que la commission de l'Hôtel de Ville, lorsque l'agent d'expropriation, au nom du propriétaire

imaginaire, réclama le prix d'achat pour indemnité, ne voulut jamais accorder plus de deux millions cinq

cent mille francs, malgré le sourd travail de M. Michelin et les plaidoyers de M. Toutin-Laroche et du

baron Gouraud. Saccard s'attendait à cet échec; il refusa l'offre, il laissa le dossier aller devant le jury,

dont il faisait justement partie avec M. de Mareuil, par un hasard qu'il devait avoir aidé. Et c'était ainsi

qu'il se trouvait chargé, avec quatre de ses collègues, de faire une enquête sur ses propres terrains.

M. de Mareuil l'accompagnait. Sur les trois autres jurés, il y avait un médecin qui fumait un cigare, sans
se soucier le moins du monde des plâtras qu'il enjambait, et deux industriels, dont l'un, fabricant

d'instruments de chirurgie, avait anciennement tourné la meule dans les rues.

Le chemin où ces messieurs s'engagèrent était affreux. Il avait plu toute la nuit. Le sol détrempé devenait
un fleuve de boue, entre les maisons écroulées, sur cette route tracée en pleines terres molles, où les

tombereaux de transport entraient jusqu'aux moyeux. Aux deux côtés, des pans de murs, crevés par la

pioche, restaient debout; de hautes bâtisses éventrées, montrant leurs entrailles blafardes, ouvraient en

l'air leurs cages d'escalier vides, leurs chambres béantes, suspendues, pareilles aux tiroirs brisés de

quelque grand vilain meuble. Rien n'était plus lamentable que les papiers peints de ces chambres, des

carrés jaunes ou bleus qui s'en allaient en lambeaux, indiquant, à une hauteur de cinq et six étages, jusque

sous les toits, de pauvres petits cabinets, des trous étroits, où toute une existence d'homme avait peut-être

tenu. Sur les murailles dénudées, les rubans des cheminées montaient côte à côte, avec des coudes

brusques, d'un noir lugubre. Une girouette oubliée grinçait au bord d'une toiture, tandis que des gouttières

à demi détachées pendaient, pareilles à des guenilles. Et la trouée s'enfonçait toujours, au milieu de ces

ruines, pareille à une brèche que le canon aurait ouverte; la chaussée, encore à peine indiquée, emplie de

décombres, avait des bosses de terre, des flaques d'eau profondes, s'allongeait sous le ciel gris, dans la

pâleur sinistre de la poussière de plâtre qui tombait, et comme bordée de filets de deuil par les rubans

noirs des cheminées.

Ces messieurs, avec leurs bottes bien cirées, leurs redingotes et leurs chapeaux de haute forme, mettaient

< page précédente | 160 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.